En direct

A Marseille, une nouvelle place pacifiée
Les voitures ne pourront circuler que sur le grand axe central. - ©

A Marseille, une nouvelle place pacifiée

CHRISTIANE WANAVERBECQ |  le 05/12/2019  |  Bouches-du-RhôneAménagementVégétalisationDrômePaysagistes concepteurs

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Ville du futur
Bouches-du-Rhône
Aménagement
Végétalisation
Drôme
Paysagistes concepteurs
Terrassement
VRD
Valider

A Marseille (Bouches-du-Rhône), la nouvelle place Jean-Jaurès, appelée la Plaine, va réduire la place accordée aux voitures et favoriser le retour des piétons qui se verront réserver 85 % de la surface.

 

A Marseille (Bouches-du-Rhône), la nouvelle place Jean-Jaurès, plus communément appelée La Plaine, se découvre. En octobre 2018, la contestation d'associations et des commerçants forains avait perturbé le début du chantier. Elle a conduit la Société locale d'équipement et d'aménagement de l'aire marseillaise (Soleam), maître d'ouvrage en tant que concessionnaire de la métropole Aix-Marseille Provence, à clôturer le site pour protéger les ouvriers. En début d'été 2019, une partie du mur a été enlevée, donnant au passant un premier aperçu des aménagements de la plus vaste place de la cité phocéenne (2,5 ha). Fin 2020, à l'issue d'un chantier organisé en trois phases, elle sera totalement requalifiée. Les matériaux utilisés ont été sélectionnés par les services techniques de la Ville pour leur résistance aux intempéries et à des usages divers : de la pierre calcaire pour les bordures et trottoirs ; des dalles de « béton pierre » poncé, à l'esthétique soignée, pour le parvis principal ; et, dans l'espace intermédiaire, également du « béton pierre », cette fois-ci coulé en place puis désactivé.

Moins de voies de circulation pour les voitures

Devenue au fil des années un gros rond-point et un parking, La Plaine doit revenir aux piétons : 85 % de sa surface leur sera d'ailleurs réservée. Sur trois des côtés, seront créés des trottoirs de 25 m de large qui partent des façades des immeubles. Ainsi, les automobilistes ne pourront circuler que sur le grand axe central aménagé sur le côté ouest, entre le trottoir et l'emprise centrale, et sur une rue au sud. Bordée de rangées d'arbres (trois à l'ouest, deux à l'est), la place accueillera en son centre un grand parvis jalonné de bancs, de kiosques et d'îles végétales. Son « cœur battant » sera le « deck urbain » de 2 000 m 2 . Ilot végétalisé constitué de gradins en bois, il accueillera notamment des aires de jeux et un solarium.

La première phase de la requalification a été livrée fin août. A cette date, côté ouest, le nouvel axe central longé par la grande voie arborée, ou rambla, sera ouvert au public. Dans ce projet conçu par une équipe de maîtrise d'œuvre que conduit l'agence d'architectes-paysagistes APS de Valence (Drôme), la végétation a toute sa place : « Les deux alignements historiques des côtés est et ouest ont été confortés avec des compléments de tilleuls. Au sud, nous avons conçu des bosquets d'arbres-tiges. Au centre de la place, nous conservons la butte de magnolias », détaille le paysagiste Jérôme Le Lay. Outre le plus grand soin apporté à la qualité des matériaux et aux procédés de mise en œuvre, la maîtrise d'œuvre a travaillé l'unité à travers des teintes chaudes, notamment beiges, en rapport avec l'identité méditerranéenne de la cité.

Un endroit ouvert aux différents usages

Pour Richard Wagner, conducteur de travaux chez NGE-Guintoli, en charge des terrassements, des VRD et de l'organisation du chantier, l'autre spécificité est la gestion d'un chantier en hypercentre : « Cela nous contraint à une gestion optimale des livraisons et de l'évacuation des matériaux. Nous avons ainsi privilégié le rabotage de la structure de la chaussée. Sur 18 000 m3 de matériaux, nous avons pu en valoriser environ 3 », témoigne-t-il. L'entreprise de travaux publics a eu pour autre tâche de réhabiliter une galerie souterraine et de la doter de regards pour pouvoir s'en servir comme ouvrage de rétention des eaux pluviales. A terme, requalifiée, La Plaine devra redevenir la place populaire qu'elle a toujours été : ouverte aux différents usages, mais sans les voitures.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Date de parution : 06/2018

Voir

Une trajectoire métropolitaine - L'exemple de Toulouse

Une trajectoire métropolitaine - L'exemple de Toulouse

Date de parution : 04/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur