En direct

A Marseille, les présidents de Région dénoncent un rendez-vous manqué avec l'Etat
Les représentants de trois associations d'élus (AMF, ADF et Régions de France) font bloc commun avec l'appel de Marseille du 26 septembre 2018. - © Régions de France

A Marseille, les présidents de Région dénoncent un rendez-vous manqué avec l'Etat

CHRISTIANE WANAVERBECQ |  le 28/09/2018  |  Provence-Alpes-Côte D'AzurCarole DelgaEdouard PhilippeElisabeth BorneHervé Morin

La venue du Premier ministre Edouard Philippe à Marseille, ce 27 septembre, n'a pas répondu aux attentes des présidents de régions réunis pendant deux jours en congrès à Marseille. Ils attendaient notamment un feu vert de l'Etat sur l'ouverture à la concurrence du réseau ferroviaire.

La méthode de travail d'Elisabeth Borne, ministre des Transports, fait l'unanimité. Voilà ce que l'on pourrait retenir du 14e congrès des régions de France qui s'est tenu les 26 et 27 septembre au Palais du Pharo à Marseille. Ils étaient nombreux en effet à louer l'écoute et la réactivité de la ministre.

Et le président du Sénat Gérard Larcher (LR) s’est même fendu d’un bon mot déclarant que « la méthode Elisabeth Borne pourrait être brévetée ». Il voulait ainsi faire écho à la déception des présidents de régions suite au discours prononcé par le Premier ministre Edouard Philippe en introduction des débats de la journée du 27 septembre placée sous le signe de l’Europe.

 

Recentralisation

 

Hervé Morin (centriste), président de l'association des régions de France et chef de l'exécutif au conseil régional de Normandie, n'a pas mâché ses mots. «Edouard Philippe ne devait pas venir. Il est venu et il nous invite au dialogue. C'est le seul élément positif. Nous irons à la réunion à Matignon, le 19 octobre, comme il le propose. Mais je ne pense pas que les conditions soient réunies pour que nous retournions à la conférence nationale des territoires », a-t-il déclaré citant la réforme sur l'apprentissage, exemple d'une « première recentralisation ». Un retour en arrière aussi pour Alain Rousset (PS), président du conseil régional de Nouvelle Aquitaine qui a observé que sur ce sujet « rien n'a été coconstruit ».

Quant à Renaud Muselier, président du conseil régional Sud Provence Alpes Côte d'Azur, il n'a pas manqué de souligner « un rendez-vous manqué » s'interrogeant sur « le positionnement de l'Etat dans la gestion des fonds européens. « L'Etat veut, là aussi, nous transformer en simples bureaux d'exécution. L'exécution des contrats de plans Etat-région pose aussi question. Le différentiel est de plus en plus important entre ce que paient les collectivités et ce que paie l'Etat. Cela retarde les projets », a-t-il affirmé prenant exemple sur le taux d'engagement dans sa région qui est de 30 % [il était de 27% au niveau national fin 2017, NDLR]. Un retard qui laisse penser que l'Etat va prolonger de deux à trois ans les CPER actuels.

 

Appel de Marseille pour les libertés locales

 

La journée s'annonçait pourtant bien. La veille, les trois grandes associations d'élus locaux (AMF, ADF et Régions de France) avaient lancé l'appel de Marseille [...]

Cet article est réservé aux abonnés Moniteur, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

A Marseille, les présidents de Région dénoncent un rendez-vous manqué avec l'Etat

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Livre

Prix : 83.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Décrypter les finances publiques locales

Décrypter les finances publiques locales

Livre

Prix : 59.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur