Entreprises de BTP

A Marseille, le siège du PS est à vendre

La Fédération du Parti socialiste des Bouches-du-Rhône souhaite vendre ce bâtiment de quatre étages en centre-ville, dont la valeur est estimée à 3,2 millions d’euros au minimum. Le PS national, lui, assure qu’aucune décision n’est encore arrêtée.

Le quartier général du PS des Bouches-du-Rhône est à vendre. Situé dans le centre-ville de Marseille, le bâtiment de quatre étages, répartis sur 1400 m², est estimé entre 3,2 et 3,6 millions d’euros, a indiqué ce vendredi le secrétaire général de la fédération, Michaël Bruel. Après plusieurs discussions entre le bureau local et la direction nationale, les socialistes locaux ont décidé de vendre ce bien immobilier acquis il y a 35 ans. Une solution qui doit permettre de combler les difficultés budgétaires de la direction nationale du parti, accrue après les élections présidentielles et législatives.

 

« Prix sous-évalué »

 

Une vente dont le buzz, ce week end, a fait réagir le PS national et celui qui est encore son premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis. Lequel a démenti ce dimanche « tout acte de vente du siège de la fédération PS des Bouches-du-Rhône », selon un communiqué. Ces « locaux sont majoritairement détenus par le PS national, or celui-ci n’a pas encore pris de décision de vente. Ensuite, les prix évoqués sont fantaisistes ou volontairement sous-évalués, ce qui n’est pas sans poser la question de l’éthique de ceux qui ont fait ces déclarations », attaque-t-il dans le communiqué.

Jean-Christophe Cambadélis a aussi souligné que « le PS n’a aucune dette et de nombreux biens immobiliers« , il signifie que « sur la gestion de ce patrimoine, il déterminera seul ce qu’il convient le mieux de faire en fonction de ses intérêts et de ses militants ». Ces « allégations sont sans fondement et le Parti socialiste y voit des manœuvres spéculatives. Le cas échéant, il n’hésitera pas à saisir la justice si ces allégations devaient perdurer », conclut-il.

 

Et le siège parisien ?

 

En grandes difficultés suite à ses claques électorales, le PS pourrait pourtant ne pas avoir beaucoup le choix. La Fédération PS des Bouches-du-Rhône avait par exemple indiqué que, une fois la vente actée, la Fédération PS des Bouches-du-Rhône elle rechercherait des « locaux plus humbles pour un personnel qui sera moins nombreux ». Malgré les démentis, c’est donc bel et bien la fin d’une époque pour les socialistes. Au niveau national, le parti songe de même à vendre son siège historique de la rue de Solferino, à Paris VIIe.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X