En direct

A Marseille, le chantier des Docks Libres s’ouvre sous tension

Rémy Mario (Buerau de Marseille du Moniteur) |  le 08/01/2014  |  BâtimentTravailEntreprisesBouches-du-RhôneTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Formation BTP
Bâtiment
Travail
Entreprises
Bouches-du-Rhône
Technique
Valider

Grande opération de création de 1000 nouveaux logements dans la cité phocéenne, l’opération des Docks Libres de Nexity se heurte à des tensions sociales provoquées par le manque d’emploi dans les quartiers difficiles.

Des jeunes des cités environnantes qui menacent de bloquer les travaux, le président de la communauté urbaine MPM, Eugène Caselli, qui écrit au Pd-g de Nexity pour lui demander d’intégrer son chantier dans un projet social urbain exemplaire… A Marseille, l’opération des Docks Libres (1000 logements à terme dont une première tranche de 650 logements) qui vient de démarrer au cœur de Saint Mauront (3ème arrondissement) et en lisière de la cité Bellevue, une ZUS intégrée dans un périmètre Anru, révèle les difficultés dans lesquelles sont plongées les habitants de ces quartiers et les attentes, mais aussi les incompréhensions, que peuvent générer ces opérations de renouvellement urbain en lisière de grands ensembles.

Des obligations légales dépassées

 

Conscient de l’importance de ce projet pour la mutation du quartier, Nexity l’a très tôt accompagné d’une série d’initiatives pour ne pas être perçu uniquement comme un « promoteur-bétonneur » : création d’une « Maison du Projet », travail auprès des associations du quartier, charte pour l’emploi, commercialisation des logements à 2300 euros/m² HT parking compris en cohérence avec la solvabilité des habitants de cette partie de la ville. « Concernant les clauses d’insertion sociale, notre engagement porte sur un total de 27 000 heures travaillées contre 6000 heures pour l’obligation légale et nous avons étendu le dispositif à l’ensemble du projet, au-delà de la seule obligation touchant les abords du périmètre Anru » explique Christian Dubois, directeur régional Sud-Est de Nexity. Décliné sur le terrain par Emergence(s), l’association d’animation du PLIE MPM Centre en liaison avec l’entreprise générale en charge du chantier, Les Travaux du Midi, le dispositif commence à peine à se mettre en place. « Pour l’heure, nous sommes à 3 ou 4 personnes embauchées et 5 autres recrutements sont en projet » concède Jean-Christophe Barusseau, directeur d’Emergence(s). Malgré les efforts déployés par l’association -300 personnes issues des quartiers difficiles ont pu l’an passé à Marseille retrouver un emploi grâce à son action-, celle-ci est confrontée au fossé grandissant entre le nombre d’heures travaillées dédiées à l’insertion et la demande massive émanant des quartiers, avec à l’arrivée ces sentiments de frustration et de révolte. Le chantier des Docks Libres, malgré son importance, devrait au plus fort de son activité culminer à 200 personnes. Difficile dans ces conditions de promettre la création de dizaines d’emplois d’insertion…

 

Le BTP 13 dans les quartiers difficiles

 

« Des marchés clausés avec 5% des heures travaillées donnés à l’insertion, c’est déjà considérable pour le secteur à l’heure où les commandes se sont raréfiées et où il faut assurer de l’activité pour garder le personnel en place dans l’entreprise. Passe pour les grands groupes, mais pour les PME c’est un challenge très difficile à relever et c’est le message que nous voulons faire passer aux pouvoirs publics qui voudraient accroître ces obligations », ajoute le président du BTP 13, Johan Bencivenga. Loin de refuser le défi, la fédération BTP 13 mène une action exemplaire en faveur des personnes en recherche d’emploi vivant dans les ZUS. Des rencontres sont organisées chaque mois dans les quartiers difficiles en liaison avec les associations locales pour communiquer sur les chantiers futurs, les besoins en main d’œuvre, les opportunités d’emploi dans le BTP, etc.

« Nous allons partout et ce travail de rencontre avec les acteurs locaux, les populations est indispensable pour établir le dialogue et créer du lien. Nous le faisons indépendamment de toute obligation légale et en coordination avec les autres acteurs de l’emploi » ajoute Johan Bencivenga. A Saint-Mauront notamment, le BTP, en rencontrant il y a quelques mois des demandeurs d’emploi a permis ensuite à 27 d’entre eux de trouver du travail ou de s’engager dans une formation.

 

Commentaires

A Marseille, le chantier des Docks Libres s’ouvre sous tension

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Date de parution : 12/2019

Voir

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur