Projets

A Lyon, le biomimétisme inspire le futur bâtiment du Circ

Mots clés : Béton

En janvier 2018, la métropole de Lyon a attribué au groupement conduit par Demathieu Bard, avec Art & Build, Unanime, WSP et Inddigo, le marché de conception-réalisation du nouveau siège du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC). Sa relocalisation dans le biodistrict de Gerland permettra d’accueillir les 500 salariés et chercheurs internationaux dès 2021.

 

 

Le Centre international de recherche sur le cancer (Circ), institution internationale implantée à Lyon depuis 1972, emménagera en 2021 au cœur du biodistrict de Lyon-Gerland, dans des locaux plus adaptés au travail des chercheurs. Maître d’ouvrage de l’opération, la métropole de Lyon a choisi en fin d’année dernière le groupement constitué de Demathieu Bard (entreprise générale mandataire), des architectes belges d’Art & Build et lyonnais d’Unanime pour conduire cette opération en conception-réalisation.

« Ce mode de dévolution a été choisi en raison des difficultés liées à la présence d’une bio-banque et de laboratoires L2 et L3 (deux classes de confinement, selon le pouvoir pathogène des micro-organismes étudiés). Nous avons examiné cette nouvelle implantation à l’étape de “l’avant-projet sommaire”, ce qui nous offre une meilleure garantie sur le coût de l’opération et un gain de temps certain », indique Gérard Claisse, vice-président de la métropole de Lyon chargé de la politique d’achat public.

 

Espace ultra-sécurisé


Pour dessiner le bâtiment de 15 500 m2 SP, les architectes se sont inspirés d’une forme simple : le cercle. Le futur siège abritera en son centre circulaire un jardin planté de 1 000 m2 à ciel ouvert. La biobanque sera abritée dans un espace ultra-sécurisé au niveau – 1. « Un glacis végétal amènera de la lumière naturelle dans les quelques laboratoires présents à cet étage », indique Cédric Morel, architecte associé de l’agence Unanime. Au rez-de-chaussée, la circulation autour du patio distribuera les fonctions communes aux 300 chercheurs : un auditorium, une bibliothèque, un restaurant avec terrasse donnant sur le jardin et des salles de réunion. Les laboratoires, évolutifs, seront implantés sur les deux premiers niveaux. Les deux étages supérieurs abriteront, eux, les bureaux de l’administration et de la direction. La structure simple avec des poteaux bien tramés permettra de faire évoluer la capacité du bâtiment.

La conception technique et architecturale est inspirée du biomimétisme. « En façade, une double peau en verre avec des lames thermochromiques permettra de préserver l’enveloppe (la carapace) du bâtiment du bruit, de la chaleur et de la lumière. Des motifs d’inspiration végétale apparaîtront sur la façade pour atténuer l’ensoleillement », précise Alexandre Perga, directeur commercial de Demathieu Bard Rhône-Alpes. Les installations de production d’énergie (le cœur) bénéficient de niveaux de sécurité et de redondance élevés pour protéger la biobanque. « Les systèmes de traitement d’air (les poumons) des laboratoires L2 et L3 vont permettre une récupération d’énergie de 75 à 80 % », ajoute Alexandre Perga. Le projet, d’un coût de 51,6 M€ TDC, est financé par l’Etat, la métropole de Lyon et la région.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X