En direct

A LIRE DANS LES CAHIERS TECHNIQUES DU BATIMENT Trois raisons pour dédoubler enveloppe et structure

le 07/11/1997  |  Réglementation techniqueBoisAutres DOM-TOMImmobilierTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Réglementation technique
Bois
Autres DOM-TOM
Immobilier
Technique
Hygiène
Valider

Lancé à la suite de la signature des accords de Matignon en 1988, le projet du centre Jean-Marie-Tjibaou est en train de voir le jour à une dizaine de kilomètres de Nouméa.

Ce lieu dédié à la culture canaque est déjà reconnaissable à ses dix coques en lamellé-collé, hautes de 20, 22 ou 28 m. Ces « cases », comme les appelle leur architecte Renzo Piano, jouent sur le contraste entre tradition et modernité... Liées à l'habitat traditionnel canaque (usage du bois, forme ventrue, base quasi circulaire), elles présentent une structure des plus complexes, constituée de poteaux et d'arcs reliés par des liernes métalliques. Décrite dans « Les Cahiers techniques du bâtiment » de novembre (no 184), cette ossature a été délibérément dédoublée pour trois raisons essentielles...

Résister à des vents extrêmes, pouvant atteindre 250 km/h en cas de cyclone, en donnant une grande raideur à des bâtiments fortement élancés...

Créer une ventilation naturelle, par effet de cheminée, en jouant sur des habillages en façades et une double toiture. Des essais, réalisés en soufflerie au CSTB de Nantes, ont d'ailleurs permis d'en valider le principe.

Rationaliser la fabrication des panneaux de façades en dissociant ses fonctions, à savoir l'esthétique et l'étanchéité à l'eau.

Une approche qui a permis la plus grande liberté d'expression sur la peau extérieure, sans que cela ne vienne compliquer la mise hors d'eau de la façade intérieure. Assimilable à un cylindre tronqué, cette dernière a par ailleurs fait l'objet d'une fabrication standardisée. Elle combine en effet plusieurs types de panneaux (vitrés fixes, lames vitrées ouvrantes, bois perforé, portes vitrées, placards et étagères), selon une trame de 2,25 m de haut sur 0,90 m de large.

FICHE TECHNIQUE

Maître d'ouvrage : Agence pour le développement de la culture kanake (Nouvelle-Calédonie).

Maître d'ouvrage délégué : Secal (Nouvelle-Calédonie).

Architectes : Renzo Piano Building Workshop (75).

Conception structure : Ove Arup & Partners (Angleterre).

BET structure : Agibat MTI (69).

Charpente métallique : Parisot (88).

Coques bois : Mathis (67).

Couverture et étanchéité : Batex (94).

PHOTO : Deux rangées de membrures concentriques forment la structure verticale des bâtiments. Ces arcs et poteaux en lamellé-collé d'iroko sont ceinturés et contreventés par un entrelacement de liens métalliques.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil