Bâtiment

A la recherche de l’équation du bâtiment à énergie positive

Mots clés : Démarche environnementale

Effinergie a mis en équation la définition du bâtiment à énergie positive. L’association va maintenant l’ajuster en la confrontant à des cas concrets. Comme toujours lorsque l’on parle de réglementation énergétique, les véritables enjeux se jouent dans les détails.

En l’absence de référentiel, se basant sur une définition aussi succincte « qu’un bâtiment qui produit plus que ce qu’il consomme », de plus en plus d’immeubles s’autoproclament « à énergie positive». Afin d’éviter que le terme devienne aussi galvaudé que celui d’« éco quartier », un cadre se doit d’être posé . Aujourd’hui, un bâtiment à énergie positive (Bepos), peut aussi bien être un immeuble de bureaux dont l’électricité produite par les panneaux photovoltaïques implantés en toiture dépasse la consommation nécessaire au chauffage, la production d’ eau chaude sanitaire, l’éclairage, la ventilation et le rafraîchissement, qu’ un autre dont l’ énergie produite par le bâtiment dépasse la consommation totale, incluant notamment le poste informatique, souvent le plus important dans le tertiaire. Demain, seul le second immeuble pourra prétendre au titre de « Bepos ».


Cep hors prod locale + Conso autres usages – Conso bois – Conso réseau de chaleur EnR < Production d’énergie + Ecart accepté


Effinergie vient d’ établir une esquisse de définition qu’elle va confronter à des projets pilotes afin de l’ ajuster et, d’ici un an, proposer un label. Pour l’association qui lançait en 2007 le désormais fameux label « BBC », un Bepos est un bâtiment dont le fonctionnement nécessite d’acheter une quantité d’énergie non renouvelable (déduite des simulations thermiques) inférieure à celle théoriquement vendue et produite à partir d’ installations établies sur la parcelle où il est implanté.


Enfin presque, car Effinergie prévoit que cette énergie produite puisse être modulée selon différents critères : la zone climatique et l’ altitude de l’implantation, l’usage du bâtiment et son nombre d’étages, le raccordement à un réseau de chaleur, ou encore la consommation de bois.
« Il est largement plus facile pour une maison rurale du sud que pour un immeuble d’ une zone dense du nord d’ être bepos. Il est donc indispensable de pondérer. » explique Jean-Christophe Visier qui a transposé les critères ci-dessus en variables d’ une équation permettant d’ établir si un bâtiment est à énergie positive ou non.


Vers une intégration de la mobilité dans le bilan énergétique d’un bâtiment



Pour le directeur du département Energie Santé Environnement du CSTB, le pétrole brûlé pour la mobilité des usagers du bâtiment et les kWh nécessaires à sa construction,dite énergie grise, ne doivent pas êtres intégrés directement dans l’ équation du Bepos. Néanmoins, les maîtres d’ouvrage qui veilleront à respecter la toute nouvelle définition sont invités à les évaluer. Et Jean Christophe Vizier souligne que l’ on peut aisément imaginer d’ intégrer une pondération négative pour un bâtiment périurbain pouvant s’étendre et donc se couvrir de silicium, mais dont la quantité de carburant consommé par ses occupant est importante Pour cela, d’ici deux mois, un site développé par la Caisse des dépôts et le Cstb, permettra aux entreprises de mesurer directement en ligne, l’impact des déplacements des occupants.


Une énergie grise difficile à objectiver



Concernant l’énergie grise, les choses sont plus compliquées. Effinergie renvoie aux logiciels existants, s’appuyant sur la base de données relative aux caractéristiques environnementales et sanitaires des produits de construction Inies. Incomplète à ce jour, fonctionnant sur l’auto-déclaration, si Inies a le mérite d’exister, elle semble difficilement permettre d’ asseoir une méthodologie reconnue pour la prise en compte de l’énergie grise.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Une équation aberrante

    Bonjour, L’équation proposée si dessus est complètement aberrante d’un point de vue scientifique. Une calorie « bois/renouvelable » ne compensera jamais une calorie « fossile/électrique » et devrait au mieux être comptée comme nulle mais certainement pas en négatif. C’est clairement un indice commercial, destiné à duper le client sur la qualité du produit. La déontologie journalistique voudrait qu’on s’attarde sur ce genre de détail, et non pas qu’on répète sans réfléchir les communiqués de presse.
    Signaler un abus
    • - Le

      Précision

      La formule est la suivante : Cep hors prod locale + Conso autres usages – Conso bois – Conso réseau de chaleur EnR < Production d'énergie + Ecart accepté Le premier terme désigne la consommation en énergie primaire pour le chauffage, le refroidissement, la production d'eau chaude sanitaire, l'éclairage, et les auxiliaires correspondants. Afin de lui soustraire la part de la consommation assurée par des sources renouvelables, le recours au bois et aux réseaux de chaleur fonctionnant à partir d’énergies renouvelables sont déduits. D’où les deux derniers termes de la partie gauche de l’inégalité. Cela revient à ne pas comptabiliser l’utilisation du bois.
      Signaler un abus
  • Commenter cet article
Les articles les plus lus
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X