A la (re) conquête de la quatrième fleur : Arras 2/5
L'écôpaturage et la gestion différencié transforment le quartier Turenne, emblème de mixité urbaine et de reconversion patrimoniale - © Laurent Miguet

A la (re) conquête de la quatrième fleur : Arras 2/5

Laurent Miguet |  le 26/08/2019  |  Pas-de-CalaisPatrimoine

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Paysage
Pas-de-Calais
Patrimoine
Valider

Ouvert à Compiègne, le feuilleton paysager de la fin de l’été se poursuit à Arras. Comme à chaque rentrée, Paysage Actualités partage les émotions suscitées par la visite d’un groupe de communes candidates à la quatrième fleur, grade suprême de la hiérarchie des villes et villages fleuris. Trois étapes picardes forment le socle de la tournée 2019, bordée au nord et au sud par deux villes du Pas-de-Calais et de Seine-Saint-Denis. Verdict le 8 octobre à la séance plénière du jury national.

Vacances scolaires obligent, les habitants d’Arras ne se bousculent pas au parc du Rietz tout juste rénové. Deux bacs rompent l’unité de la surface de la grande pelouse : l’un planté de patates, un autre semi-abandonné. A côté, un arbre peine à reprendre, en cette fin d’été marqué par la sécheresse…

Nouvelle ère

La vision morne de ce 22 août contraste avec l’enthousiasme du maître d’ouvrage de la rénovation du plus ancien parc public de la préfecture du Pas-de-Calais : « A raison de 40 à 80 participants, trente réunions en quatre ans ont stimulé l’adhésion des habitants au projet », s’enorgueillit Marylène Fatien, adjointe aux espaces verts.
L’aménagement des espaces publics s’adapte à un contexte d’hémorragie budgétaire et humaine : au cours de la décennie qui s’achève, la ville de 42 000 habitants a divisé par trois le nombre de ses jardiniers, désormais stabilisé à 30 agents.
Mais peut-on réellement faire mieux avec moins ? La réponse reste incertaine, après une brève visite du jardin présenté par le magazine municipal comme l’emblème d’« une nouvelle ère dans la participation citoyenne ». Le processus de co-construction a reformaté le projet de rénovation dans un budget de 650 000 euros, au lieu d’1,2 million d’euros calculés au départ par le paysagiste Philippe Thomas, maître d’œuvre.

parc rietz
parc rietz - © Laurent Miguet

La rénovation du parc Rietz a engagé Arras dans l'ère de la participation citoyenne, selon la municipalité.

Défi patrimonial


Après l’inauguration du printemps, l’année à venir donnera la mesure d’une réelle appropriation des riverains dans la durée. Mais les questions soulevées par le bon usage de la participation citoyenne ne s’arrêtent pas au jardin du Rietz : au cimetière municipal, la commune a fait machine arrière, sur la voie de la suppression du traitement chimique, pour répondre aux familles troublées dans leur deuil par les mauvaises herbes.
L’énormité du défi de la co-construction s’ajoute au poids de l’entretien du patrimoine : « Après la rénovation de la place des héros, nous nous donnons 10 ans pour repenser la Grande place. La réflexion commence tout juste », confie Mahieddine Lattar, directeur du cadre de vie et du patrimoine bâti.

Partenariat

Tout près de ces deux joyaux des espaces publics de la préfecture du Pas-de-Calais, les pierres noires de pollution des façades de l’abbaye Saint-Vaast confirment les besoins de rénovation du patrimoine arrageois. A l’intérieur, le cloître jardiné de la seule abbaye bénédictine du XVIIIème siècle au nord de la France offre un havre de fraîcheur insoupçonné. Pour requalifier le complexe de 25 000 m2 partiellement occupé par le musée des Beaux-Arts et la bibliothèque, la ville compte sur l’aboutissement de la procédure de bail à construction proposée à des investisseurs privés.

Cloître Saint-Vaast
Cloître Saint-Vaast - © Laurent Miguet

Le cloître de l'abbaye bénédictine du XVIIIème siècle offre un havre de fraîcheur urbaine accessible à tous.


Dans la conjugaison des moyens publics et privés au service de la rénovation du patrimoine, Arras bénéficie d’une référence phare : sous la maîtrise d’œuvre de Philippe Prost, la reconversion des 70 hectares de la citadelle de Vauban, abandonnée par l’armée en 2009, marie les fonctions d’habitation et d’activités tertiaires. Un Accrobranche jouxte le siège de la communauté urbaine et les logements locatifs, en attendant l’implantation d’un restaurant et d’une supérette.

Promesses

Pépite de la transition écologique logée depuis 2011 dans une des anciennes poudrières qui bordent les casernes, la SARL Cit’abeille incarne l’idée de l’agriculture urbaine autant que celle de la construction environnementale. Des chutes de bois chauffent le local, sur un sol isolé avec du marmoleum, un revêtement composé de chutes de peuplier et d’huile d’olive.
Outre l’exploitation des 50 ruches de la miellerie pédagogique qui tentent de résister à l’hécatombe des abeilles, la SARL a lancé son troupeau de chèvres des Fossés à l’assaut des renouées du Japon. « Après deux ans et demi, les bêtes sont entrain de venir à bout du rhizome qui colonise le site depuis 70 ans », affirme Alexandre Cousin, gérant de l’entreprise qui complète le broutage par un traitement aux huiles essentielles.
Cit’Abeilles incarne un espoir pour les générations montantes : Alexandre Cousin a accueilli près de 70 classes d’écoles cette année. Le lien retrouvé avec la terre et bêtes donne son sens à l’engagement commun de l’Etat et de la communauté urbaine d’Arras, signataires du premier contrat de transition écologique de France, le 11 octobre dernier.

Commentaires

A la (re) conquête de la quatrième fleur : Arras 2/5

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Date de parution : 06/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur