En direct

«A la fin de l’année, nous devrions être en capacité de payer les entreprises jusqu’en 2027», Thierry Dallard, Société du Grand Paris
Thierry Dallard, président du directoire de la Société du Grand Paris - © Patrick Gaillardin
Interview

«A la fin de l’année, nous devrions être en capacité de payer les entreprises jusqu’en 2027», Thierry Dallard, Société du Grand Paris

Propos recueillis par Nathalie Moutarde (Bureau Ile-de-France du Moniteur) |  le 28/01/2021  |  Grand ParisGrand Paris - Ile-de-FranceGrand Paris ExpressSociété du Grand ParisJean-Baptiste Djebbari

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Travaux publics
Grand Paris
Grand Paris - Ile-de-France
Grand Paris Express
Société du Grand Paris
Jean-Baptiste Djebbari
Tunnelier
Marchés publics
Valider
Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement lemoniteur.fr - édition Abonné

Après un bref retour sur 2020, Thierry Dallard précise sa feuille de route pour l’année qui débute : sécurisation du financement du Grand Paris Express, lancement des derniers appels d’offres de génie civil, achèvement du creusement des tunnels sur les lignes 15 sud et 14 sud… En 2021, le « chantier du siècle » franchira de nouvelles étapes.

Avant de détailler votre feuille de route pour 2021, pourriez-vous dresser un rapide bilan des douze derniers mois ?

La Covid-19 constitue bien sûr le fait marquant de l’année écoulée. L’arrêt des chantiers du Grand Paris Express pendant deux mois puis la reprise progressive des travaux ont entraîné un retard de trois à huit mois suivant les tronçons. Nous sommes en train de rebâtir un planning, ligne par ligne, en essayant de réduire l’impact de la crise sanitaire. Nous devrions y voir plus clair d’ici à l’été.

En 2020, la Société du Grand Paris (SGP) a également lancé les deux premiers contrats de conception-réalisation, l’un sur la ligne 15 ouest, l’autre sur la 15 est et ce, malgré les deux confinements et le télétravail à 100 %. Parallèlement, nous avons attribué deux lots de génie civil : le 18-1 entre Orly et Palaiseau et le 18-2, entre Palaiseau et Saclay. La ligne 18 était, jusqu’à l’été dernier, la seule du réseau à n’être pas encore passée en mode travaux pour le génie civil. C’est désormais chose faite.

Au total, au cours de l’année écoulée, nous avons signé 123 marchés pour environ 2,6 milliards d’euros, soit trois fois plus qu’en 2019. Cela traduit une accélération majeure du projet. Par ailleurs, en mars dernier, le chantier du Grand Paris Express a franchi une étape symbolique avec la soudure du premier rail sur la ligne 15 sud, à Noisy-Champs. Enfin, en 2020, la SGP a adapté sa stratégie financière aux conditions rencontrées sur les marchés.

Sur le même sujet Sur la ligne 15 sud du Grand Paris Express, hommes et tunneliers s’adaptent au Covid-19

« Emprunter par anticipation pour couvrir les besoins des années à venir afin de se protéger de l’augmentation des taux »

Pourquoi avoir adapté votre stratégie financière ?

Malgré la tourmente sanitaire et économique que nous traversons, les conditions de financement des infrastructures restent très favorables. C’est la raison pour laquelle, en avril 2020, nous avons fait valider par le conseil de surveillance de la SGP une nouvelle stratégie. Elle consiste à sécuriser le plan de financement en empruntant, non plus chaque année la somme dont nous avons besoin, mais par anticipation pour couvrir les besoins des années à venir afin de se protéger de l’augmentation des taux, qui est certaine à l’échelle des dix prochaines années. Nous n’avions jusqu’alors jamais envisagé une telle politique pour le Grand Paris Express car à l’origine du projet, les taux s’établissaient à un niveau très élevé, de l’ordre de 3,5 à 4 % et les liquidités n’étaient pas garanties. Ce qui n’est plus le cas aujourd’hui.

Plus précisément, que vous a autorisé à faire le conseil de surveillance de la SGP ?

Nous avons obtenu d’emprunter 12 milliards d’euros en 2020 au lieu des 4 milliards nécessaires. Et il y a quelques jours, le 19 janvier, le conseil de surveillance nous a de nouveau autorisés à recourir à l’emprunt à hauteur de 10 milliards d’euros sur l’année 2021. Cela signifie concrètement que si nous parvenons à lever ces 10 milliards d’euros en émissions obligataires, nous aurons, à la fin de l’année, sécurisé 80 % du financement du projet. Autrement dit, pour être encore plus concret, nous serons en capacité de payer les entreprises jusqu’à la fin du prochain quinquennat, en 2027.

[...]

Cet article est réservé aux abonnés Moniteur, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

«A la fin de l’année, nous devrions être en capacité de payer les entreprises jusqu’en 2027», Thierry Dallard, Société du Grand Paris

Votre e-mail ne sera pas publié

Laurent46

28/01/2021 18h:01

Si j'ai bien compris, l'argent public va encore couler à flots pour le "Grand Paris" et pour crâner aux J.O. et c'est le restant de la population qui va encore trinquer ! Après la Covid et les J.O. la France sera en déconfiture pour de très longues années. Les extrémistes du Ministère de l'écologie ne sont pas en reste, ce qui va encore impacter les constructions neuves et le marché de l'ancien. Entre les écolos, la covid et les contraintes routières avec les radars privés l'économie va tout droit dans le porte feuille de l'Etat et le reste va sombrer encore plus bas. Il ne faut pas s'attendre à une reprise rapide mais cela ne semble pas déranger la gouvernance qui va jusqu'à parier sur un réchauffement de la planète d'ici 2050 pour ne produire que de l'énergie dite propre ! Est-ce qu'ils vont nettoyer Paris pour les J.O. comme l'on fait les Chinois ? On peut le croire. De l'argent jeté par les fenêtres pour quelques années encore au détriment de l'économie.

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil