En direct

Evénement

A l’horizon 2015, GCC veut faire son entrée dans le club des milliardaires

Thaïs Brouck |  le 02/12/2011  |  Pas-de-CalaisFrance entièreDrôme

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Pas-de-Calais
France entière
Drôme
Valider
Construction -

Dans la conjoncture économique actuelle, certains se recroquevillent. Ce n’est pas le cas de Génie civil Construction (GCC) qui attaque de nouveaux marchés et élargit son offre. « Nous sommes des bâtisseurs discrets et des entrepreneurs dans l’âme, confie Claude Gaillard, le président du groupe. Qui dit entrepreneur, dit désir perpétuel de développement. » Holbat et Sietra Provence, ses deux récentes acquisitions, sont là pour illustrer son propos. Forte de 160 collaborateurs, la société Holbat réalise un chiffre d’affaires annuel de 25 millions d’euros. « Nous sommes très satisfaits de ce rachat », déclare Hervé Oudart, directeur et cofondateur d’Holbat, qui entend ainsi pérenniser son entreprise. Située à Arras (Pas-de-Calais), la nouvelle société entrée dans le giron de GCC lui permet de compléter sa couverture territoriale. Si cette entreprise est centrée sur l’activité gros œuvre, elle dispose aussi d’un savoir-faire en entreprise générale et génie civil. C’est la neuvième société de construction acquise par GCC depuis 1999.

Un pôle climatique

Quant au rachat de Sietra Provence, il permet à GCC d’élargir son offre technique. En effet, cette entreprise, implantée dans la Drôme, est spécialisée dans les installations thermiques et de climatisation. Sietra Provence compte 110 salariés, pour un chiffre d’affaires de 18 millions d’euros.
Ces opérations mettent en valeur la stratégie de diversification et de renforcement des compétences du groupe : « Historiquement, les ouvrages fonctionnels sont notre cœur d’activité, mais nous nous renforçons en logement et en réhabilitation via nos acquisitions et des développements internes, explique le président du groupe. Nous sommes convaincus de la synergie entre lots techniques et construction. Cela rassure le client et permet de lutter contre la cyclicité des activités. » Ces acquisitions pourraient d’ailleurs en annoncer d’autres. « Nous avons constitué un pôle climatique depuis plusieurs années, indique Claude Gaillard. Nous poursuivons nos projets de croissance externe et, à court terme, nous regardons de près un nouveau dossier en Rhône-Alpes. » GCC entend ainsi être en capacité de se positionner sur des projets de plus grande ampleur, en appels d’offres classiques, en conception-réalisation, voire en contrat de partenariat. La trésorerie du groupe étant « saine », le contexte économique actuel devrait « favoriser l’émergence d’opportunités » et lui permettre de pêcher de plus gros poissons. GCC, qui a déjà triplé sa taille en dix ans, prévoit un chiffre d’affaires de 500 millions d’euros en 2011 et table sur 7 % de croissance en 2012. Claude Gaillard espère, d’ici à 2015, faire son entrée dans le club très fermé des milliardaires du BTP. Ambitieux ? C’est certain. Présomptueux ? L’avenir le dira.

PHOTO - 602024.BR.jpg
PHOTO - 602024.BR.jpg - © BRUNO LEVY / LE MONITEUR

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Date de parution : 07/2019

Voir

Initiation à la construction parasismique

Initiation à la construction parasismique

Date de parution : 06/2019

Voir

Architectes et ingénieurs face au projet

Architectes et ingénieurs face au projet

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur