En direct

A Euronantes et Malakoff, le ciel en partage

M. -D. A. |  le 23/02/2018  |  ArchitectureAménagementUrbanismeRéglementationLoire

Aménagement urbain -

En bâtissant un quartier neuf sur le site du Pré-Gauchet, Nantes aurait pu se satisfaire de fabriquer de la ville sage, avec bureaux classiques et logements raisonnables. Mais, après une première phase de constructions aux gabarits traditionnels, une poignée d'immeubles ont, depuis 2014, perché le dernier plancher de leurs logements à 50 m.

Au départ, l'objectif de cette ZAC lancée en 2004 était surtout de combler le vide d'une zone d'arrière-gare et de créer le chaînon urbain manquant entre le centre-ville et le quartier de Malakoff. En bord de Loire, cet ensemble d'habitat social fait de tours et de barres courbes, emblématiques de la production des décennies 1960 et 1970, entrait alors en rénovation urbaine. « Pour la collectivité, cette opération était la vraie priorité, se souvient l'urbaniste Gérard Pénot, de l'Atelier Ruelle. Mais il a aussi été décidé que les deux secteurs ferait l'objet d'un seul et même projet de 164 hectares ». Depuis l'origine, l'Atelier Ruelle assure d'ailleurs la maîtrise d'œuvre urbaine et l'aménagement des espaces publics sur tout ce territoire.

Un nouveau regard sur la hauteur. L'équipe a donc commencé par ouvrir des voies entre le Pré-Gauchet - rebaptisé Euronantes-Gare - et Malakoff, notamment des franchissements du réseau ferré qui tenait le grand ensemble à l'écart. « Nous avons fait coexister les quartiers au sol, explique Gérard Pénot, lauréat du Grand Prix de l'urbanisme en 2015. Mais cette alliance n'était pas qu'une question de tracés, il fallait aussi créer des familiarités. Pourquoi alors ne pas nouer un lien par le ciel ? D'autant que si les tours étaient un élément de la stigmatisation de Malakoff, il fallait amener à changer le regard sur la hauteur. » L'agence d'architecture Barré-Lambot avait fait la même analyse en proposant deux hypothèses lors de la consultation pour le programme de bureaux et de logements Nouvelle Vague. « Nous avons présenté une version à 35 m, comme il était demandé. Et une à 50 m qui reprenait le modèle des années 1970 dans ce qu'il avait de qualitatif, notamment en matière de vues lointaines, raconte Philippe Barré. Nous faisions une politesse à Malakoff. » La deuxième option l'a emporté et les acteurs du projet urbain se sont tous engouffrés dans cette voie d'amabilité architecturale. Alors que Malakoff a conservé neuf de ses onze tours, quatre autres ont déjà été livrées à Euronantes. Le site devrait en compter à terme une dizaine.

« Pour amener les gens à acheter, nous devions rendre la hauteur désirable. »

Eviter l'effet muraille. Mais, Gérard Pénot insiste, « personne ne doit se sentir forcé de vivre dans ces immeubles. Ils n'abritent donc pas d'habitat social, mais du logement en accession ou abordable.

Et pour amener les gens à acheter, nous devions rendre la hauteur désirable. » Chaque projet de 50 m a été positionné par rapport à son voisinage de façon à gérer les ombres et les obstacles visuels, mais aussi à aérer le paysage du quartier et à découper le bâti. Très attaché à la qualité du « volume du piéton », Gérard Pénot a poussé les architectes à jouer sur les variations de hauteur afin d'éviter l'effet muraille.

Les opérations ont aussi développé leur identité propre. Concepteurs de la tour Hémêra, Jérôme Berranger et Stéphanie Vincent ont ainsi multiplié balcons et jardins d'hiver « pour sculpter sa silhouette. Le gabarit de ce type d'immeubles est un peu massif, il faut les alléger ». « Ces 50 m peuvent en effet vite devenir patauds », ajoute Maxime le Trionnaire dont l'agence a/LTA a réalisé la tour Amazonie, reconnaissable à sa grande faille verticale et ses façades chahutées. Etre courtois avec Malakoff ne signifiait en rien imiter l'attitude raide de ses tours toutes identiques.

PHOTO - 11586_711471_k2_k1_1694488.jpg
PHOTO - 11586_711471_k2_k1_1694488.jpg
PHOTO - 11586_711471_k3_k1_1694490.jpg
PHOTO - 11586_711471_k3_k1_1694490.jpg
PHOTO - 11586_711471_k4_k1_1694494.jpg
PHOTO - 11586_711471_k4_k1_1694494.jpg

Commentaires

A Euronantes et Malakoff, le ciel en partage

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX