Le moniteur
À deux ans, le label Produit Biosourcé entend prendre son envol
Label Produit Biosourcé

À deux ans, le label Produit Biosourcé entend prendre son envol

Maya Pic |  le 27/06/2019  |  100 % gros œuvre 100 % second œuvreLabelBiosourcéIsolant biosourcé

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Artisans
100 % gros œuvre
100 % second œuvre
Label
Biosourcé
Isolant biosourcé
Valider

Après deux ans d’existence, le label Produit Biosourcé de Karibati réaffirme son potentiel face aux enjeux écologiques et énergétiques du secteur du bâtiment. Il prend son envol lentement mais sûrement, avec à ce jour 15 produits labellisés et une dizaine d’autres en cours d’instruction.

Le label Produit biosourcé a été créé en 2017 par la Scop Karibati. Objectif : rendre lisible l’offre des produits de construction biosourcés en précisant leur composition et leur provenance. Basé sur un référentiel établi par Karibati et vérifié par un comité de pilotage, le label garantit, par famille de produit, un pourcentage massique minimum de matière première issue de la biomasse (d’origine biologique végétale ou animale, hors matières fossiles).

Les matériaux biosourcés sont renouvelables – en partie ou totalement – et stockent du carbone, deux caractéristiques importantes intégrées dans la Loi Elan et qui seront à prendre en compte dans le cadre de la RE 2020. Leur utilisation – s’ils sont produits dans le respect de l’environnement et issus de filières locales – contribue à limiter l’impact environnemental des bâtiments et du transport de marchandises.


Croissance des filières biosourcées


Ces matériaux – 100 % ou en partie biosourcés – sont de plus en plus employés dans le bâtiment. « 10 % des opérations d’isolation thermique sont aujourd’hui faites avec des produits biosourcés, ce n’est plus anecdotique » indique Virginie Gautier, responsable développement chez Karibati.

« Le marché affiche plus de 15% de croissance annuelle en volume d’après le retour des industriels » ajoute Yves Hustache, responsable innovation de Karibati. « Et, souligne-t-il, si tous les bâtiments étaient construits avec 200 kg de matière biosourcée par m² de surface de plancher, cela pourrait compenser annuellement 25 % des émissions de CO2 du secteur du bâtiment. Et 20 % de la biomasse disponible serait alors valorisée dans la construction, contre seulement 1 % aujourd’hui. »

Les 15 produits d’ores et déjà détenteurs du label Produit Biosourcé sont des isolants en chanvre, lin, coton, ouate de cellulose et fibres de bois (de Cavac Biomatériaux et de Soprema), deux membranes d’étanchéité (de Soprema) et un enrobé bitumineux (d’Eiffage).


Des industriels engagés contre le pétro-sourcé


Cavac Biomatériaux a été le premier à faire labelliser ses isolants thermiques issus de fibres végétales, à travers la marque Biofib’ Isolation. Pour le directeur Olivier Jadeau, « la labellisation Produit Biosourcé apporte une garantie sérieuse, fondée sur l’origine et les quantités de matières biosourcées composant le matériau. Il est important d’avoir la vérité sur ce sujet, dans un contexte ou tout un chacun se revendique parfois faussement vertueux. »

L’industriel Soprema a quant à lui effectué sa première démarche biosourcée en 2009, avec le lancement de la gamme d’isolation en ouate de cellulose Univercell. « L’objectif était de réduire autant que possible l’utilisation de matière et d’énergie pétro-sourcées, indique Elisabeth Bardet, directrice de la stratégie et du développement de Soprema. Notre offre ayant toujours été certifiée, le label Produit Biosourcé vient ainsi acter de la valeur carbone renouvelable dans nos produits. »

Eiffage, pour sa part, s'investit fortement pour limiter le recours aux composants pétrochimiques dans le bitume traditionnel. « Le groupe poursuit deux objectifs principaux : réduire son empreinte en interne et développer des produits bas carbone à faible impact environnemental » indique Frédéric Loup, directeur R&D de la branche infrastructure. L'émulsion à base d’essence de conifères Recytal, destinée à l’entretien des routes, détient le label Produit Biosourcé. Le groupe travaille actuellement à la réalisation d’enrobés à base de micro-algues, tout en poursuivant parallèlement la piste du recyclage à 100 % des anciennes chaussées, « le meilleur gisement de bitume se trouvant actuellement sur les routes » souligne Frédéric Loup.

Commentaires

À deux ans, le label Produit Biosourcé entend prendre son envol

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Date de parution : 07/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur