En direct

A Clichy-Montfermeil, le bâtiment temporaire des Ateliers Médicis ouvre une route à la culture
Les Ateliers Médicis ont ouvert en juin dernier en Seine-Saint-Denis, en préfiguration d’un équipement culturel plus vaste et plus pérenne. - © Cyrus Cornut

A Clichy-Montfermeil, le bâtiment temporaire des Ateliers Médicis ouvre une route à la culture

Marie-Douce Albert |  le 25/07/2018  |  RéalisationsCultureSeine-Saint-DenisBiennale de Venise

Avant la réalisation d’un grand équipement permanent à l’horizon 2024, artistes et chercheurs sont accueillis depuis juin dans un édifice conçu par l’agence Encore Heureux. Située à la frontière des deux communes de Seine-Saint-Denis, la construction n’est pas aussi éphémère qu’elle le prétend.

Avec sa proue en pointe, sa tourelle et le rouge vif de sa toiture, le bâtiment des Ateliers Médicis rappelle un peu un brise-glace. Justement, cette construction temporaire, conçue par l'agence Encore Heureux et qui a ouvert en juin à la limite de Clichy-sous-Bois et de Montfermeil, en Seine-Saint-Denis, est destinée à ouvrir la voie à un équipement culturel plus ambitieux. Prévu pour émerger à l’horizon 2024, le futur édifice de 6 000 m² devra incarner la volonté, exprimée il y a quinze ans par les maires des deux communes, d’avoir recours à la culture pour participer à transformer leur territoire en grande difficulté.

Projet de désenclavement

A l’époque, les lieux venaient de vivre des jours d’émeutes après la mort de deux adolescents, Zyed Benna et Bouna Traoré et les violences s’étaient étendues à nombre de quartiers sensibles du pays. Pour les édiles, Xavier Lemoine à Montfermeil, et Claude Dilain, disparu en 2015 et qui a dirigé Clichy jusqu’en 2011, doter leurs villes d’une institution à vocation métropolitaine était apparu comme un formidable projet de désenclavement. L’idée d’une Villa Médicis façon Grand Paris avait remporté l’adhésion du ministre de la Culture d’alors, Frédéric Mitterrand. L’idée était belle, sa concrétisation semble interminable. Ainsi l’hypothèse de réemployer une tour de bureaux vide a dû être abandonnée.

Au moins les Ateliers Médicis, du nom de l’établissement public de coopération culturelle (EPCC) créé en 2015, ont-ils désormais un point de chute sympathique. Dressé au bord de la ligne verte formée par la promenade de l’Aqueduc de la Dhuys, le bâtiment se veut « joyeux et accueillant, un peu forain et en tout cas pas intimidant », explique Sébastien Eymard, l’un des trois associés d’Encore Heureux. Pour accueillir des artistes et des chercheurs en résidence mais également le public et donc idéalement les gens des quartiers alentour, l’équipe d’architectes a ainsi conçu un bâtiment de bois et de toile, quelque 840 m² qui pourraient allégrement passer pour un gros jouet.

Ludiques, rustiques et démontables

Présenté comme l’un des 10 « Lieux infinis » que la même agence Encore Heureux expose jusqu’au 25 novembre au pavillon français de la Biennale de Venise, ce lieu de préfiguration a été réalisé en dans le cadre d’une opération de conception-réalisation menée pour deux millions d'euros avec l’entreprise Cruard charpente et ce, en quelques mois. Avec ses façades et sa structure en bois, il a en en effet largement été préfabriqué, ne serait-ce que pour ménager le voisinage. « Les gens vivent ici dans un chantier permanent et désagréable. Si bien qu’ils ont trouvé que nos travaux n’étaient pas bruyants… et qu'ils sentaient bon », raconte Sébastien Eymard.

Ludiques et un peu rustiques d’aspect, et démontables par nécessité, ces Ateliers Médicis première époque ne voulaient pas pour autant passer pour du bricolage. Pour Encore Heureux, il en va du respect des usagers comme des riverains. Et l’édifice n’est en réalité pas si transitoire qu’on le dit. Sébastien Eymard glisse ainsi que « du temporaire qui doit durer au moins huit ans, administrativement ça n’existe pas. C’est donc bien un vrai bâtiment, répondant aux normes RT 2012 et ERP de 3e catégorie. » En somme, le jouet est incassable.

Les Ateliers Médicis : 4 allée Françoise-Nguyen à Clichy-sous-Bois. www.ateliersmedicis.fr

Commentaires

A Clichy-Montfermeil, le bâtiment temporaire des Ateliers Médicis ouvre une route à la culture

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur