En direct

A Carpentras, un ancien hôpital transformé en bibliothèque-musée
Image de synthèse de la bibliothèque musée d'Inguimbertine - © © Atelier Novembre
Evénement

A Carpentras, un ancien hôpital transformé en bibliothèque-musée

le 16/07/2013  |  ERPBâtimentCultureHautes-AlpesEurope

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

ERP
Bâtiment
Culture
Hautes-Alpes
Europe
Vaucluse
France entière
Profession
Architecture
Technique
Valider

Carpentras se situe à 30 km au sud de Vaison-la-Romance, ville de départ de l’étape du 16 juillet. Le transfert de la bibliothèque de l’Inguimbertine à l’Hôtel Dieu est le futur grand chantier culturel de la ville de Carpentras, 2ème ville de Vaucluse. A la clé, un investissement de plus de 31 millions mais qui devra être phasé pour répondre aux contraintes de financement d’une telle opération.

L’opération consiste à récréer dans l’ancien Hôtel Dieu de Carpentras (un bâtiment du 18ème siècle classé Monument Historique), l’institution de Mgr d’Inguimbert, évêque de Carpentras, en regroupant dans un lieu unique des collections patrimoniales, livresques et artistiques ; celles d’Inguimbertine mais aussi celles éparpillées dans d’autres musées de la ville. « La bibliothèque de l’Inguimbertine conserve un fonds de livres et de manuscrits d’une très grande richesse ainsi que des collections d’œuvres d’art rares et précieuses qui ont été épargnées par la Révolution. Avec ce transfert, notre ville va se doter d’un lieu culturel majeur qui sera également ouvert sur la modernité avec la présence d’une bibliothèque multimédia » confirme le maire de Carpentras, Francis Adolphe.

Comme tout grand chantier culturel, ce dossier (plus de 10 000 m² de surface à aménager et plus de 31 millions d’euros d’investissements) est un projet au long cours. Depuis plus de dix ans, la ville est au chevet de l’Hôtel Dieu pour assurer sa conservation. « Nous avons pratiquement achevé les travaux de restauration de son enveloppe, sous la conduite de l’architecte en chef des Monuments Historique, Didier Repellin. Quatre phases successives, représentant 10 millions d’euros de travaux, ont permis de réhabiliter les façades et les toitures des différentes ailes, de changer les menuiseries, etc. Aujourd’hui, le bâtiment est prêt pour ce transfert » précise Emile Gasco, chef du service bâtiment à la ville.

Une extension contemporaine

Fin 2010, la ville, épaulée par la Sem Citadis (AMO) et le cabinet DA & DU (programmation), a lancé le concours de maîtrise d’œuvre et retenu l’Atelier Novembre, un spécialiste de la réhabilitation et des lieux culturels et historiques (Mémorial du Camp des Milles à Aix). « La morphologie de l’Hôtel Dieu est compatible avec ce changement d’usage et une extension -un hall de métal et de verre traité dans une approche contemporaine- va lui octroyer la surface et la fonctionnalité nécessaires en réunissant les deux ailes historiques » commente l’architecte Jacques Pajot. Dans l’aile sud, prendront place, au rez-de-chaussée, la bibliothèque multimédia avec création d’une mezzanine et au premier niveau, desservi par le grand escalier, les zones d’exposition et des espaces d’échanges dans une succession de salles. Dans l’aile nord-est, les activités internes, les bureaux et les réserves, également logées dans les combles, l’entresol et le soubassement. De nouveaux cheminements vont permettre de créer la perméabilité souhaitée et de valoriser les éléments patrimoniaux de l’édifice. Et pour transposer l’atmosphère particulière de l’Inguimbertine est prévu notamment le réemploi des rayonnages et des décors d’origine…

La bibliothèque en 2014

Principales contraintes de ces aménagements exécutés dans un bâtiment classé : ils doivent répondre aux règles de sécurité (normes incendie), d’accessibilité (des ascenseurs sont prévus entre tous les étages), de contrôle de l’hygrométrie dans le musée, de renforcement de la structure et des planchers. « Les réponses aux enjeux de conservation des ouvrages et de performances énergétiques dans du bâti ancien sont forcément des compromis. Nous aurons recours à des solutions comme l’isolation thermique localisée, des ventilations en toiture, la pose de brises soleil en façade, étant entendu que le bâti existant apporte des éléments de réponse passive intéressants » ajoute Jacques Pajot.

Actuellement en phase d’étude projet, le transfert de l’Inguimbertine devrait être en appels d’offres en fin d’année (une quinzaine de lots prévus). Compte tenu de l’importance de l’investissement (12,7 millions d’euros HT pour la bibliothèque, les travaux de structure et les équipements techniques, 5 millions d’euros HT pour le bâtiment de liaison, 13,9 millions d’euros HT pour le musée), de la nécessité de mobiliser des co-financements, sa réalisation est prévue en 3 phases avec un lancement attendu de la bibliothèque en 2014.

A l'occasion de l'étape Embrun>Chorges du 17 juillet, découvrez l'aménagement de la pépinière d'entreprise dans la caser Berwick, à Briançon.









Jean Luc Peuzin (Peuzin Matériaux, Serres) : le négoce sur quatre générations.

    

Jean Luc Peuzin (Peuzin Matériaux)
Jean Luc Peuzin (Peuzin Matériaux) - © © BigMat




C’est au début du siècle dernier que débute la saga de Peuzin Matériaux, sur la place du village de Serres, dans les Hautes-Alpes. Là, pratiquement entre mairie et église, Paul Peuzin, issu d’une vieille famille serroise, ouvre d’abord un commerce de bois et charbon. L’activité de négoce en matériaux débute en 1935 seulement, mais oblige rapidement et la famille et le commerce à déménager à l’extérieur du village, dans le quartier de la Chaussais. Trois générations plus tard, la maison de l’arrière grand-père est encore là. Le dépôt s’est agrandi sur un hectare de terrain, avec un libre-service de 200 m2, une salle d’expo carrelage et menuiserie de 150 m2, un pôle motoculture de 100 m2 et, outre un stockage extérieur, un hangar couvert de 1100 m2 avec 600 m2 de mezzanine. Dix personnes y travaillent.

Jean-Luc Peuzin représente la quatrième génération aux commandes de Peuzin Matériaux. Il nait et grandit dans la maison de son arrière grand-père, comme son père et son grand-père avant lui. Autant dire qu’il a le négoce dans le sang ! D’ailleurs, arrêtant rapidement ses études, il débute très jeune dans l’entreprise. D’abord en tant que magasinier, puis chauffeur-livreur, puis commercial… Il fait le tour de la maison, travaillant aux côtés de son père durant une bonne douzaine d’années. Jean-Luc Peuzin récupère la gérance de l’affaire en 1995. Qu’est-ce qu’il modifie ? « On livrait beaucoup trop loin, jusqu’à 100 km, et on allait chercher le matériel. » Après avoir ramené les artisans du secteur vers le point de vente familial, il resserre sa zone de chalandise et retrouve de bonnes marges. De plus, il se diversifie et agrandit le libre-service. Enfin, en 1997, il fait entrer le point de vente dans le réseau BigMat, convaincu par un confrère de Gap. Non seulement il ne le regrette pas, mais il considère que ça lui a beaucoup apporté : d’abord vis-à-vis des fournisseurs, parce qu’ils font confiance à l’enseigne et le regardent dès lors d’un autre œil, mais aussi grâce aux échanges avec les autres adhérents : « Quand on est dans son négoce, on se croit le plus fort, mais quand on voit ceux des autres, on se rend compte qu’il reste beaucoup à faire. » C’est ainsi que Jean-Luc Peuzin prend la décision d’agrandir encore son libre-service, pour offrir plus à ses clients et leur éviter de descendre à Gap ou à Sisteron, même si cela nécessite le réagencement de tout le site, donc des travaux importants.

Située à une trentaine de kilomètres de Sisteron, dans les Alpes Méridionales, Serres est un beau village médiéval, du coup dans le secteur, plutôt touristique, il n’y a pas d’industrie et l’on ne construit pas non plus de lotissement. Du point de vue de l’activité, c’est la rénovation qui, pour l’essentiel, fait tourner le point de vente. L’agriculture y participe, mais plutôt moins que dans la plupart des BigMat des champs. Enfant du pays, Jean-Luc Peuzin est connu, forcément, et connaît tout le monde, et s’il s’intéresse à la vie de son village, sponsorise le foot et la pétanque, distribue des bons d’achat pour le loto et la fête votive, il reste un homme discret. Mais il n’hésite pas à quitter son bureau lorsque surgit un de ses clients fidèles.

Et si c’était à refaire ? « Je déménagerai le point de vente, pour l’installer au bord de la départementale, afin d’être mieux vu. » Il est vrai que Peuzin Matériaux est situé dans un cul de sac, et que l’on ne peut y arriver par hasard. Cela n’empêche pas les clients de venir en nombre, toujours plus d’une quinzaine et parfois même une vingtaine quand il organise des réunions de fournisseurs, et ils sont souvent une bonne trentaine à monter dans le bus à destination de Batimat, tous les deux ans.

Enfin, comment ne pas parler de son engagement au sein de BigMat. Adhérent référent de la région méditerranée à la commission communication, Jean-Luc y apporte sa contribution, participe aux réflexions avec les autres membres pour porter haut les couleurs de son enseigne. Le partage, la proximité et la convivialité, voilà les valeurs bien partagées par Jean-Luc Peuzin.

Marianne Tournier

Pour en savoir plus, venez découvrir le Tour de France des régions BigMat sur http://www.letourbigmat2013.fr



 Retour au Tour de France de la construction 2013

Commentaires

A Carpentras, un ancien hôpital transformé en bibliothèque-musée

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Date de parution : 11/2019

Voir

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur