En direct

A Cannes, Rudy Ricciotti signe le futur multiplexe de la Cité des Festivals
Cet équipement sera un repère d’entrée de ville pour l’Ouest cannois. - © © CCC

A Cannes, Rudy Ricciotti signe le futur multiplexe de la Cité des Festivals

Rémy Mario (Bureau de Marseille du Moniteur) |  le 21/04/2015  |  Alpes-MaritimesCannesCultureProfessionArchitecture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Projets
Alpes-Maritimes
Cannes
Culture
Profession
Architecture
Valider

Cannes, qui s'apprête à accueillir en mai la 68e édition du Festival international du film, va se doter d'un multiplexe cinématographique de nouvelle génération. Rudy Ricciotti a accepté d'en être le concepteur, associé à deux familles d'exploitants cinématographiques locaux.

C'est le paradoxe de Cannes : la capitale du cinéma à la réputation planétaire ne dispose pas d'un complexe cinématographique de premier plan, à la pointe de la technologie et du confort pour les spectateurs et à même d'accompagner le déroulement du Festival du Film. « Le projet d'un multiplexe sur le bassin cannois est un dossier vieux de 15 ans mais qui, entre projets avortés, recours, déficit d'intercommunalité, n'a jamais pu voir le jour. Pour faire aboutir ce dossier et maîtriser l'implantation d'un tel équipement dans l'agglomération, nous avons décidé en juillet dernier de lancer un appel à projets sur le site de la Bastide Rouge, à l'ouest de la ville, là où nous sommes en train de bâtir un technopôle de l'image » explique le député-maire de Cannes, David Lisnard.

Trois opérateurs ont proposé une offre : Pathé Ciné et Mégarama, deux poids lourds du secteur et, plus inattendu, les familles Aubert et Combret, les exploitants locaux indépendants des cinémas du centre-ville. Ils ont réussi à convaincre Rudy Riccotti, le concepteur du Mucem à Marseille, de participer à leur projet et il est associé à l'architecte William Weistuch (2WA Architecture) et au designer Arik Lévy pour les aménagements intérieurs. Et ce sont finalement ces acteurs cannois qui ont réussi à remporter les suffrages du jury, au regard des critères de la consultation : l'architecture notamment mais aussi la technologie, le confort, etc.

Façades fragmentées en multiples facettes

Leur projet est un complexe de 12 salles (9 400 m² de plancher) dont une salle VIP avec fauteuils doubles et 2 426 fauteuils, qui se veut parmi les équipements les plus modernes et attractifs du territoire : plus grand écran du Sud de la France (24 mètres de base), son immersif, projection laser, fauteuils dynamiques, billetterie dématérialisée, etc. Il comportera aussi un espace de mise en scène des films en projection, présentant des éléments de décors et autres objets scéniques, un espace ciné-culture, deux restaurants, etc. Et futur signal urbanistique d'entrée de ville, son architecture sera marquante : Rudy Ricciotti a imaginé des façades en béton fragmenté en multiples facettes dont certaines prendront la forme d'une fine maille ; un parement en BHP derrière lequel se trouveront des espaces de détente. Ce monolithe sera également percé de failles, permettant d'accéder aux différentes zones du complexe cinématographique. Pour l'heure, les choix techniques entre un béton structurel en façade ou une enveloppe extérieure en béton sur une ossature ne sont pas arrêtés.

Des espaces de détente sont prévus sous une fine maille de béton en façade.
Des espaces de détente sont prévus sous une fine maille de béton en façade. - © © CCC

Livraison fin 2017-début 2018

Coût total de ce projet, foncier compris : 27,7 millions d'euros HT, avec un coût du bâtiment proprement dit de 15,7 millions d'euros HT. La ville a fixé le prix du foncier dès la consultation à 6,8 millions d'euros HT dont 400 000 euros de travaux de dépollution à charge de l'investisseur. « Nous avons arrêté le prix en deçà d'une première évaluation des Domaines pour favoriser un projet de qualité. Si les travaux de dépollution sont moins importants que prévus, la différence devra être remboursée par le maître d'ouvrage » précise le maire, David Lisnard. La ville vient de délibérer sur le choix de ce projet et les prochaines semaines vont être consacrées à la mise au point du permis de construire (dépôt prévu à l'été) et à la préparation du dossier de CDAC. Les travaux sont prévus en 2016 pour une livraison fin 2017-début 2018. Et pour ne déséquilibrer l'offre cinématographique entre centre-ville et périphérie, un risque attaché à la création des multiplexes, les cinémas du centre font faire l'objet de travaux de rénovation.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

DICOBAT Visuel

DICOBAT Visuel

Date de parution : 05/2019

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Vocabulaire illustré de la construction (Français-Anglais)

Vocabulaire illustré de la construction (Français-Anglais)

Date de parution : 11/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur