En direct

A Calvi, un Centre de conservation du patrimoine émerge du Fort Charlet
Réhabilitation du Fort Charlet - © © CTC
Evénement

A Calvi, un Centre de conservation du patrimoine émerge du Fort Charlet

Maria Lanfranchi |  le 01/07/2013  |  PatrimoineHaute-CorseFrance entièreCorse-du-Sud

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Patrimoine
Haute-Corse
France entière
Corse-du-Sud
Valider

L'étape du 1er juillet amène les coureurs à Calvi. L'occasion de découvrir le « Centre de conservation préventive des objets mobiliers de la Corse » en cours de réalisation au cœur d’une ancienne fortification militaire. A la clé, un double chantier de restauration et de création d’un bâtiment contemporain mené par des entreprises insulaires.

« En Corse, les églises et chapelles, propriétés des communes, abritent un abondant patrimoine mobilier, estimé à hauteur de 20 à 40 000 objets. Quant au patrimoine protégé au titre des monuments historiques, il compte plus de 273 édifices et 2000 objets classés » explique Nadège Favergeon, chef de projet Centre de conservation préventive à la Direction de la culture et du patrimoine de la Collectivité territoriale de Corse (CTC). Face à la difficulté de la conservation de ce patrimoine par des communes de petite taille (sur les 358 communes de l’île, 246 ont moins de 400 habitants), la CTC a lancé en 2003 les premières études de création d’un « Centre de conservation  préventive des objets mobiliers de la Corse ». Le site retenu pour implanter ce centre est le Fort Charlet à Calvi, un bâtiment du 19ème siècle acquis, avec la caserne Maillebois, par la CTC auprès du ministère de la Défense.

Référence à l’architecture militaire

Initié sous la précédente mandature, le projet, poursuivi par le nouveau président du conseil exécutif, Paul Giacobbi, prévoit la restauration (remparts et bâtiment principal) de ce fort non protégé au titre des Monuments Historiques et la construction en son sein d'une structure de 1500 m² de surface utile. Le pôle technique, qui se love à l’intérieur des remparts et respecte leur forte géométrie, regroupe des locaux destinés à assurer les opérations de conservation curative et de restauration mais aussi des réserves. Il accueille également des locaux administratifs et un centre de documentation consacré à la conservation-restauration. Le pôle médiation, destiné à l’accueil du public, comporte une salle d’exposition, une salle de conférence et de formation et des ateliers destinés aux activités pédagogiques. Il prend place dans l'ancien bâtiment de casernement existant, conservé, réhabilité et prolongé d'un pavillon en terrasse. « La difficulté de ce type projet est d’éviter la superposition d’éléments disparates d’où le choix d’un bâtiment très compact pour la partie neuve avec une architecture, une typologie et des matériaux en référence directe avec l'architecture militaire défensive » souligne Hugues Fontenas, concepteur du projet avec Isabelle Latappy (architecte d'opération : Vincent Delmas).

Forte inertie thermique

L’enveloppe massive de ce bâtiment (double peau béton avec isolant) est constituée d'un béton utilisant des agrégats de granit provenant d’une carrière locale. « Ce granit présente la faculté de s'oxyder au cours du temps ; d'abord gris, il prend progressivement des tonalités blondes. Ce béton est traité par bouchardage » ajoute Hugues Fontenas. Outre sa dimension patrimoniale, l'originalité de ce centre réside dans ses performances énergétiques.

« Dès sa conception en 2007, les questions liées à la qualité environnementale ont été intégrées au projet, avec notamment un apport contrôlé de la lumière et des espaces tampons dans le bâtiment, permettant d'obtenir une forte inertie thermique. Et les études de simulations thermodynamique ont montré qu'il était possible de ne pas installer de climatisation au profit d’un système de ventilation avec rafraîchissement par pompe à chaleur » souligne-t-on aux services techniques et d’ingénierie de la CTC. Confié à une dizaine d’entreprises insulaires, le chantier, lancé en avril 2012 et qui s’achèvera au printemps 2014, doit répondre un strict cahier des charges au niveau des aménagements intérieurs, afin de garantir la non toxicité des produits et procédés utilisés sur les opérations de conservation et de restauration du patrimoine. Ce projet de réhabilitation (hors acquisition du fort) représente un coût de près de 6 millions d’euros, financés par la CTC et par l’État dans le cadre du contrat de projet.

A l'occasion de l'étape Nice>Nice du 2 juillet, découvrez le chantier de réhabilitation du Palais Matërlinck.

___________________________________________________________________________

Fiche technique

Maître d’ouvrage : CTC
Architectes : Hugues Fontenas et Isabelle Lattapy
Entreprises : Maestria (gros œuvre), Isola (étanchéité), Cma-Emanuelli (façade vitrée, menuiserie métallique), VO2 (chauffage plomberie), Scae (électricité), Daugas (cloisonnements, plafonds), MDL (menuiseries bois), Socofer (metallerie-serrurerie), Bati Decor (peinture, revêtements de sols)

__________________________________________________________________________









Manuel Mejias (Castellani Matériaux, Ajaccio) : un magasinier devenu manager

    

L'équipe de Castellani Matériaux
L'équipe de Castellani Matériaux - © © BigMat




Castellani Matériaux, le BigMat d’Ajaccio, est en pleine renaissance : après d’importants investissements, une restructuration d’envergure, trois ans de travaux, la mise en place d’un système informatique et une nouvelle organisation administrative, il retrouve sa clientèle et récupère des parts de marché, grâce à un beau libre-service de 440 m2 et à plus de 1500 m2 de zones chaudes, avec plusieurs salles d’exposition : menuiserie, carrelage, sanitaire, mais aussi gros-œuvre, avec deux maquettes de maisons. Ce BigMat qui s’étend sur 10000 m2, emploie dix-sept personnes, appartient depuis plusieurs dizaines d’années à Félix Castellani, une figure locale, qui en a confié, il y a quatre ans, la responsabilité à Manuel Mejias, maître d’œuvre de ce renouveau.

Manuel Mejias est arrivé au BigMat d’Ajaccio en 2009. Sa mission : restructurer le point de vente et encadrer et redynamiser l’équipe qui y travaille. A cette époque, cet autodidacte de 41 ans a déjà une bonne expérience du négoce. Il vient de passer neuf ans chez Gedimat, à Ajaccio, dont il crée le libre-service, et six ans sur le continent, au Costamagna de Cagnes-sur-Mer. C’est là qu’il débute comme magasinier, à l’âge de 20 ans, au retour du service militaire. C’est là qu’il découvre et apprend le métier, et évolue jusqu’à obtenir le poste de responsable du libre-service. Manuel Mejias dit souvent « nous » et « on », mais rarement « je ». C’est un homme pour qui le collectif l’emporte sur l’individualisme. Son histoire illustre l’étonnante capacité du négoce à faire progresser les hommes qui en ont l’envie, d’où qu’ils viennent, qu’ils aient ou non un bagage scolaire. Manuel Mejias parle à mots couverts, mais l’on devine qu’une rencontre a été décisive, qu’il y a eu quelqu’un un jour pour lui faire confiance et lui confier des responsabilités, et que sa vie en a été transformée.

Mais revenons à nos moutons : le BigMat d’Ajaccio. « Nous disposons désormais d’un point de vente très professionnel : nous pouvons être fiers de notre outil de travail. » Cette complète restructuration, qui est pratiquement achevée, a été longue, complexe mais très intéressante : « Nous vivons de belles expériences ». Manuel Mejias insiste : c’est un travail collectif, auquel a également participé l’enseigne BigMat, par l’intermédiaire de son animatrice régionale et des services Point de vente et Achat. Les voilà cités. Bien sûr, il y a aussi et surtout l’équipe de Castellani Matériaux, solidaire et volontaire, dont il n’est que le chef d’orchestre. Un chef d’orchestre qui connaît la musique semble-t-il ? Sur la question du management, Manuel Mejias a une formule : « autorité de compétences ». C’est-à-dire ? Dès lors que l’on maitrise ce que l’on souhaite faire accomplir, on peut l’expliquer et donc le faire faire. Ce manager, qui ne donne pas d’ordres, s’appuie sur sa compétence et son savoir-faire, en cherchant toujours à faire progresser et grandir l’autre. Cela implique d’observer avant d’agir, de jouer franc jeu et de mettre la main à la patte. S’il le faut, Manuel Mejias décharge, accueille, réceptionne…, prouvant ainsi qu’il sait faire, mais surtout, qu’il est possible de le faire : « Ça commence par là, montrer que l’on est capable. »

Et les clients ? Ils sont revenus dès 2010, une fois l’équipe à nouveau opérationnelle et motivée, donc conviviale, agréable, accueillante. De plus, la mise en place d’un système de gestion informatique a permis de mieux les servir, et plus vite. Qui sont ces clients ? Essentiellement des professionnels, sur lesquels Manuel Mejias a choisi de concentrer ses forces. C’est eux qu’il cible, c’est eux qu’il démarche – avec deux commerciaux itinérants récemment embauchés – et c’est à leur intention qu’il communique. Si les particuliers restent les bienvenus chez Castellani Matériaux, la politique de prix est claire : on ne mélange pas le tarif public et le tarif professionnel. Chacun le sien.

Une stratégie à laquelle les professionnels semblent sensibles car depuis plus de deux ans déjà, le chiffre d’affaires du BigMat d’Ajaccio connaît des progressions à deux chiffres. Et ce n’est pas fini : avec son équipe hyper motivée, Manuel Mejias compte bien « réaliser de grandes choses ». Et transmettre la passion qu’il a du métier. Une manière de ne pas oublier d’où il vient.

Marianne Tournier

Pour en savoir plus, venez découvrir le Tour de France des régions BigMat sur www.letourbigmat2013.fr



 Retour au Tour de France de la construction 2013

Commentaires

A Calvi, un Centre de conservation du patrimoine émerge du Fort Charlet

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Voirie et réseaux divers

Voirie et réseaux divers

Date de parution : 10/2019

Voir

Comprendre simplement les marchés publics

Comprendre simplement les marchés publics

Date de parution : 10/2019

Voir

Droit et Gestion des Collectivités Territoriales - 2019

Droit et Gestion des Collectivités Territoriales - 2019

Date de parution : 10/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur