Energie

A Cadarache, le CEA fait rimer bio, bois et BIAM [diaporama]

Mots clés : Bois - Efficacité énergétique - Réglementation thermique et énergétique

Le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) vient de lancer à Cadarache les travaux du nouveau bâtiment de l’institut de biosciences et biotechnologies d’Aix-Marseille (BIAM). Cet écrin de 7 500 m² à haute performance énergétique est le fruit d’une double maîtrise d’oeuvre, interne et externe.

Elus, représentants de l’Etat et dirigeants du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) ont posé le 20 avril à Cadarache, sur la commune de Saint-Paul-lez-Durance (Bouches-du-Rhône) la première pierre du futur bâtiment de l’institut de biosciences et biotechnologies d’Aix-Marseille (BIAM).

Posé sur un plateau en surplomb de la Durance, cet écrin de 7 500 m² verra le jour au début 2020, grâce au crédit du contrat de plan Etat-région (CPER) et de l’Europe (16,8 M€ HT de travaux). Il constitue la deuxième brique de la Cité des Energies, projet de R&D dans le domaine des énergies bas carbone déployé par le CEA. Il aura pour vocation à regrouper les 170 chercheurs, ingénieurs, techniciens et administratifs du BIAM aujourd’hui disséminés dans une quinzaine de bâtiments des années 60 du centre du CEA voisin.

Grand carré ouvert sur une cour intérieure, le bâtiment en R+2 regroupera des bureaux (5 500 m²) et des laboratoires (2 000 m²). Ces derniers seront protégés de la lumière du jour par un bardage métallique opaque, afin de permettre aux scientifiques qui travaillent sur l’énergie générée par les algues et autres plantes de disposer d’un éclairage constant.

 

Maîtrise d’oeuvre interne


Les impératifs de la recherche ont d’ailleurs été intégrés dès la genèse du projet. « Les premières esquisses jusqu’à la phase APS ont été réalisées par l’équipe de maîtrise d’oeuvre interne du CEA via une maquette numérique (BIM) », indique Gilles Schmitt, le responsable de cette équipe ad hoc qui comprend 18 ingénieurs spécialisés dans le bâtiment.

Au delà des économies induites, ce travail en interne a permis de calibrer le projet au plus proche des besoins des utilisateurs : « On doit composer avec les impératifs de sécurité, les enjeux informatiques, la gestion de l’électricité… autant de variables que nous avons ajustées au fil de l’élaboration du programme en accord avec les chercheurs », poursuit Gilles Schmitt. A la clef de cette agilité : exit les avenants, sources de perte de temps et d’argent !

Un enjeu crucial car le projet, financements européens oblige, devrait être livré au plus tard pour le début 2020.

 

Un bâtiment RT 2012 – 30%


Ce souci du détail modifie évidemment le travail de l’architecte retenu par le maître d’ouvrage. « « On a reçu une esquisse complète avec des plans figés de l’organisation de chaque laboratoire. Notre mission a donc consisté à mettre en cohérence tous ces éléments épars, en prenant soin d’assurer la capillarité entre bureaux et labos », témoigne Frédéric Perasso, l’architecte phocéen lauréat du marché de maîtrise d’oeuvre. Le concepteur a également pu apporter une touche esthétique au projet en dotant la partie basse de la façade d’un exosquelette en bois.

Enfin, le nouveau bâtiment du BIAM se veut en phase avec la thématique du projet de « Cité des énergies » : comme le dernier écrin tertiaire (3 000 m²) réalisé sur le site du CEA en 2016, la frugalité énergétique sera au programme avec une performance de 30% inférieure à la RT 2012. Un niveau proche de la future norme RT 2020. 

 

Fiche technique

Maître d’ouvrage : CEA

Maîtres d’oeuvre : Frédéric Perasso Architecte, Usclat (Bet CVC, plomberie), Sofresid (Bet structures, VRD, façades)

Entreprises :

11 lots au total. 3 sont attribués.

– Valérian Spie Batignolles : terrassement, VRD

– Eiffage Construction Provence : génie civil, squelette béton, poteaux, planchers.

– Arbonis (groupe Vinci) : façade en bois, clos hors eau, air.

Surface : 7 500 m² de SP

Coût : 16,9 M€ HT

Financement : Etat (CEA : 5,6 M€), Région Provence-Alpes-Côte d’Azur (2,6 M€), Conseil départemental des Bouches-du-Rhône (1,5 M€), métropole Aix-Marseille-Provence (2,5 M€) et Europe (Feder : 4,6 M€).

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X