Projets

A Boulogne-Billancourt, un village musical va pousser sur les vestiges des ateliers Renault

L’équipement de 36 500 m2, conçu par l’architecte japonais Shigeru Ban, lauréat du prix Pritzker 2014, associé à Jean de Gastines, se dressera sur la pointe aval de l’île. C’est un groupement emmené par Bouygues Bâtiment Ile-de-France qui réalisera les travaux.

«Je dois dire que nous n’avons pas perdu de temps pour ce projet d’envergure internationale ! » Cet été, lors de la pose de la première pierre de la cité musicale départementale, Patrick Devedjian, président du conseil général des Hauts-de-Seine, s’est félicité du déroulement de l’opération. Ce premier coup de pioche a lieu un an après la signature du contrat de partenariat avec le groupement Tempo, emmené par Bouygues Bâtiment Ile-de-France, et deux ans et demi après le lancement de l’appel d’offres. Contrairement au PLU de l’île Seguin adopté en juillet 2013 ou au permis de construire du R4, le projet de centre d’art contemporain, aucun recours n’a retardé la construction de ce « village musical ». A son ouverture, en 2016, après deux ans de travaux, il regroupera un auditorium de 1 000 places, une salle de spectacle (jusqu’à 6 000 personnes), des locaux pour la Maîtrise des Hauts-de-Seine et Insula Orchestra, des studios de répétition et d’enregistrement, un espace entreprises (2 660 m2), des restaurants et commerces.

Panneaux solaires

L’équipement de 36 500 m2, conçu par l’architecte japonais Shigeru Ban, lauréat du prix Pritzker 2014, associé à Jean de Gastines, se dressera sur la pointe aval de l’île. « L’auditorium avec sa coque tressée en bois constitue le fleuron de ce projet qui, pour le reste, se fond dans la silhouette de grand paquebot de l’île.

Nous voulions un élément architectural fort qui marque l’image de la pointe aval », souligne Jean de Gastines. « Il nous a paru important de créer un lieu ouvert, lumineux, où le visiteur ressentira la présence de la Seine », ajoute l’architecte qui insiste sur « la dimension environnementale » du bâtiment. Elle est symbolisée par la voile de 1 000 m2 équipée de panneaux photovoltaïques qui se déplacera autour de l’auditorium ou par la « colline verte » aménagée sur le toit de la grande salle.
Pour accompagner la mise en service de la cité, la Saem Val de Seine Aménagement, aménageur de l’île Seguin, va réaliser divers travaux : création, en façade nord du bâtiment, d’une coursive de 12 m de largeur ; rénovation, dès septembre, du pont Daydé ; construction, dès le 1er semestre 2015, d’une passerelle reliant l’île à Sèvres (maîtrise d’œuvre : Ingérop, avec mission de design à Ateliers Jean Nouvel) et aménagement du parvis.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X