En direct

A Bordeaux, promoteurs, CSTB et Euratlantique signent pour la ville intelligente
La signature de la convention - © Eric Bouloumié

A Bordeaux, promoteurs, CSTB et Euratlantique signent pour la ville intelligente

Bertrand Escolin (Bureau de Bordeaux du Moniteur) |  le 07/07/2015  |  ArchitectureAménagementGironde

Le maître d'ouvrage Bordeaux Euratlantique, le CSTB et la Fédération des Promoteurs immobiliers ont signé lors du congrès de la FPI un accord de collaboration en vue de généraliser le BIM sur un secteur clé du Belvédère.

Si l’on en croit les professionnels, la maquette numérique (BIM) doit pouvoir les aider à concevoir de nouveaux quartiers, évolutifs et dont les bâtiments sont plus intégrés à leur environnement urbain. Convaincu qu’il s’agit là d’une nouvelle étape de la ville intelligente, le nouveau directeur de l’Etablissement public d’aménagement Euratlantique Stephan de Faÿ veut aller vite et bien dans ce bout de ville nouvelle ou renouvelée qu’est l’opération d’intérêt national. Notamment expérimenter les nouveaux modes de construction innovants sur le quartier du Belvédère, en face du pont Saint-Jean, en rive droite de la Garonne. Et il s’engage pour expérimenter, avec les promoteurs, et les conseils éclairés du CSTB, tout ce qui peut rendre la ville intelligente.

Utopie ? Pas seulement: l’Epa ne vient-elle pas de lancer une plate-forme collaborative pour définir avec les entreprises du BTP et les architectes quels sont leurs besoins logistiques et quels services pourraient être mutualisés sur le quartier Saint-Jean Belcier. L’EPA a mis à disposition des terrains, où les entreprises pourront développer des offres de services, encore à définir (stockage, location de matériel TP, base logistique), pour aller vite dans l’acte de construire ce quartier en mutation.

En écho, les promoteurs, réunis en congrès à Bordeaux les 24 et 25 juin derniers, l’ont réaffirmé haut et clair à la ministre du Logement, Sylvia Pinel: il faut que les terrains utilisables sortent au plus vite, car au rythme où les permis de construire reprennent, la pénurie guette.

Il s’agit donc pour les trois signataires, Stephan de Faÿ, directeur général de Bordeaux-Euratlantique, Etienne Crépon, président du centre scientifique et technique du bâtiment – CSTB et François Payelle, alors président de la FPI (remplacé juste après le congrès par Alexandra François-Cuxac), de trouver et déployer «démarches et outils numériques innovants sur plusieurs projets de l’OIN Bordeaux-Euratlantique».

Parmi les innovations majeures attendues: «la mise en place de la représentation technique -les parois, les couleurs mais aussi les câbles, les tuyaux- de la ville et de ses bâtiments grâce à une maquette numérique à plusieurs échelles (BIM, bâtiment et CIM, ville)».

Le BIM pour tous les bâtiments du Belvédère

En pratique, comme l’explique Stephan de Faÿ «il s’agit pour nous d’améliorer grâce à la maquette numérique la qualité des projets urbains. Nous allons commencer par le site pilote du Belvédère, où trois équipes de promoteurs architectes et bailleurs sociaux travaillent en compétition pour aménager 140 000 m2, au débouché du pont Saint-Jean, sur la rive droite. Le secteur le plus important dédié à une équipe en régions, de la taille des ZAC franciliennes.»

Le BIM à l’échelle d’un quartier, c’est possible: « sur le Belvédère, détaille Stephan de Faÿ, on est à deux échelles, celle du bâtiment, au niveau des promoteurs et architectes à qui nous imposons que tous leurs projets soient développés en BIM. Ce n’est pas juste une maquette 3D du bâtiment, mais une opportunité de travailler sur le fonctionnement futur et d’intégrer en amont les préoccupations d’exploitation, voire de déconstruction des immeubles, dès la conception. Bref, rendre possible une évolutivité des bâtiments.»

«Là où nous prenons également notre responsabilité, poursuit le directeur d’Euratlantique, en tant que maître d’ouvrage, avec l’appui du CSTB, c’est de faire la même chose avec les espaces publics. De les concevoir, de les mettre en œuvre en intégrant une conception par maquette numérique, en instrumentant les réseaux pour pouvoir faire de la détection d’anomalie entre bâtiment et les réseaux. C’est une question très importante pour nous, comment articuler l’échelle de la ville et celle du bâtiment».

Le président du CSTB, qui connaît bien Euratlantique et a également dirigé un EPA, veut engager plusieurs projets de recherche et développement pour développer le numérique dans la construction. «Euratlantique est une très grande opération d’aménagement (700 ha) qui a l’échelle nécessaire pour explorer de nouveaux sujets et pour nous cela permet d’expérimenter à l’échelle réelle sur des bâtiments normaux, pas seulement les bâtiments d’exception, ce que va apporter la maquette numérique. Contrairement à ce qu’on entend parfois, le BIM ne va pas tuer l’architecture, mais au contraire permettra aux architectes de pleinement s’exprimer. Et en temps réel de confronter leur réactivité avec le fait que leur projet sera réalisable et entrera dans les objectifs que leur a fixés le maître d’ouvrage. C’est un outil qui va renforcer la créativité, comme la fondation Louis Vuitton ou ici à Bordeaux la Cité des civilisations et du vin, qui ont recours au BIM et dont la complexité et l’originalité ne sont pas mis en doute».

Commentaires

A Bordeaux, promoteurs, CSTB et Euratlantique signent pour la ville intelligente

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur