Le moniteur
A 60 ans, Vallois consolide sa place dans le paysage de l’ouest
Patrice Lemens, président de Vallois, présente le matériel de l'agence de Mirville (Seine-Maritime), le 14 juin lors du 60ème anniversaire de l'entreprise de paysage.

A 60 ans, Vallois consolide sa place dans le paysage de l’ouest

Laurent Miguet |  le 15/06/2019  |  Entreprises du paysagePaysagistes concepteursOuest et CentreNormandieSeine-Maritime

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Paysage
Entreprises du paysage
Paysagistes concepteurs
Ouest et Centre
Normandie
Seine-Maritime
Loire-Atlantique
Valider

Dans l’allégresse d’une fête champêtre où elle a rassemblé près de 500 personnes le 14 juin au cœur du bocage normand, Vallois franchit le cap de la soixantaine avec le vent en poupe. Membre du top 5 des entreprises françaises du paysage, le major vert du grand ouest consolide ses positions : la septième agence a pris son envol à Nantes cette année, et la huitième ouvrira en 2020 entre Chartres et Dreux.

« On ne peut réussir tout seul. C’est une équipe qui réussit ». Avec cette citation du philosophe Paul Ricoeur, Patrice Lemens a résumé l’esprit humaniste dans lequel il conduit ses troupes depuis 1994, soit 255 salariés en 2019. Le lieu du discours illustre le propos : plutôt que de fêter ses 60 ans à Saint-Hymer (Calvados) où elle a établi son siège social et le noyau de son ingénierie, Vallois a choisi l’agence de Mirville (Seine-Maritime), où se trouve son berceau et son âme.

Esprit familial

Parmi les maîtres d’ouvrage et concepteurs qui ont témoigné de l’esprit de l’entreprise, retenons l’ode du paysagiste Samuel Craquelin : « Bravo aux gars des chantiers,  maîtres du savoir coudre et recoudre, capables de s’appuyer sur la terre pour tisser des liens au service de notre cause commune, le patrimoine ».

Un concours de dextérité à la pelle mécanique a marqué le 60ème anniversaire de Vallois


Toujours actif dans la maîtrise d’œuvre d’exécution en Ile-de-France, Philippe Vallois, fils du fondateur, a incarné la continuité au cours de la fête du 14 juin, devant sa mère Jacqueline, en rappelant l’itinéraire de son père Paul : « Président de l’union national des entreprises du paysage en 1978, il a fait partie des rédacteurs du fascicule 35, la bible des entreprises présentes sur les marchés publics du paysage. Il a conduit l’effectif jusqu’à 110 personnes en 1980 ».

Après une première reprise par la Compagnie générale d’espaces verts en 1987, et déjà sous l’autorité de Patrice Lemens qui dirigeait alors ce groupe pour le grand ouest, le dirigeant actuel a ouvert l’acte 2 en 1994, dans la fidélité à l’esprit de l’entreprise familiale. Les marchés publics concourent à 80 % du chiffre d’affaires qui a atteint 26 millions d’euros en 2018.

Multi-spécialistes

En février 2017, la reprise de Valbois a consolidé l’identité d’un multispécialiste de l’aménagement extérieur, expert dans les espaces verts comme dans les surfaces minéralisées : dirigée jusqu’alors par Philippe Vallois à Mirville, le fabricant de mobiliers urbains, platelages et jeux donne au groupe la capacité d’aligner une offre complète, développée sur mesure pour chaque projet.

Le nouvel élan se lit dans les prévisions de croissance annoncées par François Simon, nouveau directeur de Valbois : trois à quatre millions d’euros de chiffre d’affaires dans les années à venir, grâce aux marchés franciliens, au lieu d’1,5 en 2018.

L’expertise technique se lit dans le chantier du tramway de Caen, en voie d’achèvement : « Mandataire d’un groupement qui comprend Oxalis et ID Verde, dans un timing encore plus serré que prévu, nous apportons une vraie compétence de pilotage,  grâce à Denis Aubret, chef de secteur », souligne Christophe Beaugé, directeur général.

Références nantaises

Pour l’exercice en cours annoncé avec un chiffre d’affaires de 29 à 30 millions d’euros, l’agence ouverte en début d’année à Nantes apporte un nouveau relais de croissance : « Nous pensions nous contenter de matériels de location pour cette première année, mais l’activité justifie déjà l’investissement dans les première pelles », note Romain Picard, qui pilote cette implantation.

Après les 1200 m2 d’espaces verts de la place du pays basque inaugurée le 14 juin, la requalification du boulevard de la Baule offre une seconde référence majeure, compte tenu des chantiers résidentiels qui s’annoncent dans la foulée de la livraison de l’infrastructure apaisée.

Densification

En 2020, Vallois densifiera son réseau par l’accrochage du maillon manquant entre Paris et la Normandie : la huitième agence ouvrira à Tremblay-les-Villages (Eure-et-Loir). Le lieu d’apparence insignifiant revêt un caractère stratégique aux yeux de Patrice Lemens, le long de la future autoroute qui reliera Val-de-Reuil à Orléans, via Evreux, Nonancourt et Chartres.

Commentaires

A 60 ans, Vallois consolide sa place dans le paysage de l’ouest

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Date de parution : 06/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur