En direct

Evénement

87 % des PME passives

le 23/10/1998  |  PME du BTPEntreprisesNégoceIsère

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

PME du BTP
Entreprises
Négoce
Isère
Valider

Un sondage exclusif Le Moniteur/PRO-BTP. Enquête réalisée par téléphone du 10 au 17 septembre 1998, auprès de 624 responsables d'entreprises du BTP, selon la méthode des quotas.

Avez-vous déjà effectué des tâches concrètes au sein de votre entreprise, dans l'optique du basculement à l'euro ?

Le chiffre parle de lui-même : près de 87 % des entrepreneurs de BTP n'ont encore entamé aucune action pour le passage à l'euro. Même si les entreprises moyennes et les industriels sont plus avancés pour un tiers d'entre eux, comme le prouve l'ensemble du sondage, ce degré d'impréparation ne peut manquer d'inquiéter.

TABLEAU

Personnellement, pensez-vous que le passage à l'euro influera sur les fonctions :

Bien qu'elles restent majoritairement l'arme au pied, les PME considèrent avec lucidité les impacts de l'euro dans l'évolution de l'entreprise : les fonctions comptable, informatique, financière sont prioritairement mises en avant. Mais les enjeux stratégiques (commerciaux) et psychologiques (personnel) sont moins perçus.

TABLEAU

Dans votre cas, pensez-vous basculer à l'euro le plus tôt possible, c'est-à-dire début 1999, ou au contraire plutôt vers la fin de la période transitoire, soit à la fin de 2001 ?

L'attentisme prévaut, même s'il décroît avec la taille de l'entreprise. Malgré tout, 40 % des responsables interrogés veulent basculer dès 1999, bien que la plupart d'entre eux n'ait rien préparé à ce jour (voir question 1). L'hypothèse d'un basculement progressif recueille curieusement peu de suffrages.

TABLEAU

COMMERCIAL ET MARKETING : Une grande prudence

Concernant les ventes et la politique commerciale, le passage à l'euro présentera-t-il, selon vous, une opportunité de découvrir de nouveaux marchés ?

Les vertus de l'euro fréquemment mises en avant (transparence des prix, ouverture des marchés) n'apparaissent pas clairement aux yeux des sondés. Les entrepreneurs solitaires affichent, non sans surprise, les intentions offensives les plus fortes, supérieures au haut du panel. Une analyse plus fine montre néanmoins que 82,8 % des entreprises réalisant entre 150 et 300 millions de chiffre d'affaires se déclarent opportunistes.

TABLEAU

Fer et Feu « L'inconnue des clients-fournisseurs »

« Nous avons été sensibilisés à l'euro par diverses réunions mais aussi parce que, à quelques années de la retraite, nous envisageons de céder un jour notre entreprise, déclare Christiane Pugnet, l'épouse du dirigeant de cette métallerie. Nous cherchons ainsi à lui donner une plus-value. Mais, pour l'instant, nous en sommes surtout à une phase de programmation des actions à mener, car nous avons une grande inconnue : les stratégies de basculement à l'euro de nos gros clients et de nos fournisseurs, qui conditionneront la nôtre. »

CA 1997 : 3 millions de francs.

Effectif : 6 salariés à Voiron (Isère).

%%GALLERIE_PHOTO:0%%

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil