En direct

En 2018, 3,2 millions de prises FTTH ont été installés, soit une hausse de 23% par rapport à 2017. - © © Serce

"80 % du territoire sera couvert par la fibre optique en 2022", assure Infranum

Augustin Flepp |  le 22/05/2019  |  Fibre optiqueInfrastructuresJulien DenormandiePlan très haut débitTravaux publics

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Fibre optique
Infrastructures
Julien Denormandie
Plan très haut débit
Travaux publics
Valider

Les professionnels de la fibre optique demandent à nouveau la réouverture des guichets de financement des réseaux d’initiative publique (Rip) afin de financer les trois millions de prises restantes au-delà de 2022.

« Nous sommes aujourd’hui en mesure d’affirmer que 80% du territoire sera couvert par la fibre optique en 2022, engagement initial du plan THD », a fait savoir Etienne Dugas, président d’Infranum, à l’occasion de la 7e édition de l’Observatoire du très haut débit organisé le mardi 21 mai 2019 à Paris.

« Pour atteindre, voire dépasser un taux de couverture de 80%, il faudra tenir une moyenne de 4 millions de prises déployés par an, ce qui est largement possible ».

2020, année du pic

Très optimistes, les professionnels de la fibre optique se disent certains que ce palier sera atteint, compte tenu de l’accélération du rythme de déploiement et des engagements pris par les opérateurs et les collectivités dans les zones d’appel à manifestation d’intention d’investissement (Amii) et les réseaux d’initiative publique (Rip). En 2018, 3,2 millions de prises FTTH ont été installés, soit une hausse de 23% par rapport à 2017.

Au total, 13,6 millions de prises ont été raccordées à la fibre optique depuis le lancement du Plan très haut débit en 2013. Pour 2019, la filière prévoit l’installation de 4,3 millions de prises supplémentaires et 4,5 en 2020, année du pic.

Le succès mitigé des Amel

Devant une salle pleine, Julien Denormandie, le ministre chargé de la ville et du Logement a défendu le bilan des Appels à manifestation d’engagements locaux (Amel) qui n’ont pas suscité un grand enthousiasme chez les collectivités. Lancée début 2018, cette nouvelle procédure était censée aider les collectivités à profiter davantage du secteur privé pour les zones où les Rip n’ont pas encore engagé d’investissement. « Ces Amel sont-ils un succès ? Oui, quand je regarde le nombre de départements qui ont concouru à ce dispositif », soutient Julien Denormandie.

Dans les faits, l’Arcep a rendu des avis favorables pour seulement cinq départements : Côtes-d’Or, Lot et Garonne et dans trois départements de Paca. Les promoteurs du très haut débit espèrent clore rapidement cette épisode (ndlr : les Amel s’achèvent le 15 juin prochain) et rétablir le guichet de financement des Rip. Pourquoi ? Tout simplement, pour financer les trois millions de prises qui n’ont pas encore trouvé d’investisseurs après-2022. « Il s’agit des prises les plus complexes et les plus éloignées avec des linéaires plus longs. Il s'agit, par exemple, d'une ferme isolée qui est la seule adresse pour les opérateurs à raccorder », explique Etienne Dugas, président d’Infranum. Selon les calculs de la filière, elles devraient représenter un coût de 5,7 milliards d’euros, dont 2,6 milliards d’euros de fonds publics (800 M au titre de subvention de l’Etat).

Après 2022, une quarantaine de départements ne seront pas desservis par le très haut débit. Un mix technologique sera nécessaire (THD radio et satellite) pour 2,2 millions de locaux, rappelle InfraNum.

Des métiers en tension

Parmi les autres revendications exprimées, les professionnels des réseaux demandent la révision d’un arrêté technique de 2001 portant sur le taux de calcul des charges des poteaux électriques exploités par Enedis. « Suite à la tempête de 1999, les coefficient de sécurité qui calculent les charges sur les poteaux électriques ont été renforcés tellement drastiquement que nous sommes aujourd’hui obligés de remplacer un poteau sur trois », déplore Etienne Dugas.

Côté emploi, le manque de candidats qualifiés continue d’impacter l’activité des entreprises et des bureaux d’étude. L’Observatoire du très haut débit constate des métiers en tension, notamment dans les études et la conception des réseaux, ce qui provoque un goulet d’étranglement dans le processus de déploiement des prises. La filière s’attend à un volume de recrutement record pour 2019, avec la création de 6400 emplois.

Chez les fabricants de câbles, la crainte d’une pénurie exprimée l’an passé semble se dissiper, ont rassuré les professionnels de la fibre optique.
Quant aux collectivités, elles se réjouissent de plus en plus de l’arrivée de la fibre sur leur territoire. Selon l’Observatoire du THD, 85% d’entre elles affirment que la fibre optique facilite le déploiement des projets « Smart ».


Le pari de l’export


Les membres de l’Observatoire ont conclu sur le rattrapage de la France en matière de très haut débit. A l’horizon 2025, elle pourrait même en devenir le leader européen. « L’expertise acquise doit être valorisée et servir au développement international de toute la filière pour en assurer sa pérennité et celle de ces nombreux collaborateurs », a soutenu Etienne Dugas.

Pour cela, les professionnels comptent sur le Comité Stratégique de filière « Infrastructure du numérique » lancé fin 2018 pour gagner de nouveaux marchés à l’étranger. Plus de deux tiers des entreprises du secteur visent l’international dans un délai de trois ans. L’Europe et l’Afrique sont les continents les plus ciblés.

Commentaires

"80 % du territoire sera couvert par la fibre optique en 2022", assure Infranum

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Date de parution : 07/2019

Voir

Architectes et ingénieurs face au projet

Architectes et ingénieurs face au projet

Date de parution : 06/2019

Voir

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur