Bâtiment

6 milliards d’euros pour rénover les colonnes montantes des copropriétés d’après le médiateur de l’énergie

Lors de la présentation du bilan de son activité en 2013, le 3 juin, le médiateur national de l’énergie, Jean Gaubert, a évoqué le problème des colonnes montantes qui acheminent l’électricité du réseau aux appartements dans les copropriétés. « Il y a 300 000 colonnes montantes dans les copropriétés dont beaucoup ne sont pas aux normes et il y a un problème de propriété, a-t-il expliqué. L’enjeu est de taille puisque le médiateur estime le coût de la rénovation à 6 milliards d’euros « Il y a des discussions à mener sur ce sujet et il ne faut pas attendre un effet Mulhouse (ndlr, où une explosion d’une canalisation de gaz avait ensuite conduit aux remplacements de toutes les canalisations en fonte grise en urgence) pour agir, a indiqué Jean Gaubert. Il faut prendre en compte petit à petit le problème des colonnes montantes. »

Souvent vétustes, les colonnes montantes qui acheminent l’électricité du réseau aux appartements ne supportent pas la pose d’un nouveau compteur ou une augmentation de puissance, ou ont besoin d’être rénovées pour des raisons de sécurité. Mais les copropriétés et le distributeur  ne se pressent pas pour financer les travaux. Rappelons que juridiquement, depuis 1946, les colonnes montantes sont incorporées aux réseaux de distribution publics de l’électricité, gérés et entretenus par le concessionnaire. Mais celles qui existaient avant peuvent encore appartenir aux copropriétaires. Le modèle de cahier des charges de concession, élaboré par la FNCCR et ERDF, stipule que les colonnes montantes existantes appartenant aux (co)propriétaires doivent être renouvelées par ces derniers, à moins qu’ils ne fassent abandon de leurs droits au concessionnaire qui en assurera alors la maintenance. La copropriété peut d’ailleurs abandonner ses droits, un acte qui n’est pas conditionné à une remise en état préalable. Mais le distributeur s’y oppose.

selon le rapport du médiateur national de l’énergie, « il faudra  bien un jour abandonner le terrain juridique pour s’atteler sérieusement à ce projet, dont les coûts, il convient de le rappeler, seraient pris en charge de toutes façons par la collectivité via le TURPE ».

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Les articles les plus lus
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X