Projets

500 millions pour moderniser le Parc des expositions de la Porte de Versailles

Mots clés : Architecte

En 2015, Viparis engagera un programme de travaux de 500 millions d’euros pour moderniser le Parc des expositions de la Porte de Versailles et l’ouvrir aux riverains. La filiale à 50/50 d’Unibail-Rodamco et de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris a dévoilé son projet le 18 novembre, en présence de Jean Pistre, concepteur du plan masse. Trois autres architectes interviennent sur cette opération : Dominique Perrault, Christian de Portzamparc et Jean Nouvel.

Le 18 novembre, Jean-Yves Durance et Renaud Hamaide, respectivement président du conseil d’administration et directeur général de Viparis Holding, ont dévoilé le projet de modernisation du Parc des expositions de la porte de Versailles et inauguré un show-room qui sera ouvert aux riverains tous les vendredis. Cette présentation intervient cinq jours après le feu vert donné par le Conseil de Paris à la signature d’un bail emphytéotique administratif de 50 ans entre la Ville et la filiale d’Unibail-Rodamco et de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris, actuel gestionnaire du site. Le contrat entrera en vigueur le 1er janvier 2015.

 

Un programme de travaux étalé sur dix ans

 

Sur dix ans, Viparis prévoit d’investir 497 millions d’euros HT pour rénover et moderniser en profondeur le Parc des expositions dans sa globalité : les pavillons mais aussi les circulations, les niveaux topographiques, la signalétique, la logistique, le stationnement et les espaces extérieurs seront entièrement repensés. Le plan masse a été élaboré par l’agence Valode & Pistre qui a conçu les halls 4 et 5. « Une vaste place de 7 000 m2 sera aménagée à l’entrée principale du parc. Elle sera surmontée d’un gigantesque anneau de 50 m de diamètre, en Inox polymiroir, qui servira de repère et orientera les visiteurs », décrit Jean Pistre. La séparation des flux piétons et logistiques facilitera l’appropriation du site par le grand public. Deux grandes allées traversantes seront créées. Les cheminements piétons seront ponctués de jardins pédagogiques, éphémères ou partagés, de parcours sportifs, courts de tennis, kiosques, services et commerces. Une bande verte de 1,7 km ceinturera le parc, masquant la vue des zones logistiques aux riverains.

« Ce projet est l’occasion de repenser une stratégie environnementale », poursuit Jean Pistre. Le site offrira 52 000 m2 de toitures végétalisées, 9 400 m2 de panneaux photovoltaïques, 33 cheminées solaires. Viparis recourra aussi à la géothermie. Objectif visé : réduire la consommation énergétique de 30%  d’ici à 2020.

 

Les façades des pavillons réinterprétées

 

Pour habiller ou réinterpréter les façades de certains pavillons, Viparis a fait appel à trois autres architectes, la coordination d’ensemble étant assurée par Valode & Pistre. Sur la façade du hall 1, Dominique Perrault met en place un voile de métal doré qui pourra être tissé avec des LEDS. Ce pavillon, le plus grand du site, a déjà été amputé de 6 000 m2 pour permettre l’implantation de la tour Triangle, dessinée par Herzog & de Meuron avec Valode et Pistre comme architecte d’exécution. Christian de Portzamparc signe la façade commune des halls 2 et 3 qui seront démolis puis reconstruits.

De part et d’autre d’une frise dans la partie médiane, elle sera constituée d’une succession de panneaux métalliques opaques et d’un ensemble de lignes formant filtre, devant un ensemble vitré. La façade du nouveau pavillon 6 (en lieu et place des anciens pavillons 6 et 8) sera griffée Jean Nouvel.

L’architecte a imaginé un auvent triangulaire, support d’une multitude de journaux « lumineux » verticaux qui se déploiera lorsque le hall 6 accueillera une manifestation.

 

Le plus grand centre de congrès d’Europe

 

Enfin, le hall 7, entièrement reconfiguré par Valode et Pistre, accueillera au dernier niveau un centre de congrès de 5 200 places assises, « le plus haut et le grand d’Europe », selon Renaud Hamaide.

Un hôtel de 440 chambres, le long de l’avenue de la Porte de la Plaine, et un restaurant gastronomique, sous la houlette de Guy Martin, chef étoilé du Grand Véfour, complètent ce programme.

Les travaux qui commenceront en mars-avril 2015 se dérouleront en quatre phases. Une fois achevés, le parc offrira 216 000 m2 de surfaces d’exposition contre 222 000 m2 aujourd’hui.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X