En direct

300 tonnes de basalte pour un chaos minéral organisé
Le rocher de l'entrée - ©

300 tonnes de basalte pour un chaos minéral organisé

M.D. |  le 04/02/2011  |  ArchitectureBouches-du-RhôneHérault

Si, au premier coup d’œil, l’aménagement du jardin japonais du parc Borely  à Marseille peut paraître « aléatoire », il n’en est absolument rien. Trois sommités nipponnes sont venues spécialement du Pays du Soleil Levant pour installer dans les règles de l’art des dizaines de blocs de pierre de plusieurs tonnes.

Le rocher numéroté « 3 M », un bloc de basalte de 5 t, arrive par les airs, pendu par d’énormes sangles à l’extrémité du bras de la pelle sur pneus de l’entreprise Calvière E.V. Il provient d’un stock - à quelques centaines de mètres de là, derrière les serres du parc Borely - de plus d’un millier d’un millier de blocs de toutes formes et de toutes tailles dont une centaine dépassent la tonne.

Deux ans de collaboration

La majorité d’entre eux a été extraite de la carrière de Saint-Thybery dans l’Hérault, le plus massif pesant… 7 t ! Rien que du basalte gris, sombre et noir dont la texture et la couleur en font un matériau conforme à l’esprit du jardin japonais. Ces pierres sont destinées à celui que crée, sur 1 700 m2, la Direction des parcs et des jardins de la cité phocéenne dans la partie botanique du parc marseillais. Dessiné par Dominique le Fur, il est le fruit d’une collaboration de 2 ans entre Marseille et Kobe et sera inauguré en 2011 dans le cadre du 30e anniversaire du jumelage des deux villes, Kobe ayant offert, pour l’occasion, 3 lanternes de pierre. Masayuki Morita (80 ans) et Michihiro Onishi (70 ans) deux expérimentés patrons de PME de paysage nippones et Mitsuru Harada, responsable adjoint de la planification du Département E.V. de Kobe, sont arrivés en renfort pour la partie « âge de pierre » du chantier. L’équipe japonaise, complétée par l’interprète Hisako Tatara, venue de Montpellier, s’est concentrée sur la réalisation, dans les règles de l’art, des deux pôles rocheux du projet.

Un éboulis au-dessus de l’eau

Le premier, la cascade, doit former une masse compacte d’une douzaine de blocs et avoir l’air aussi naturel que s’il était posé là depuis toujours. Une source en jaillira pour se déverser dans 5 bassins jusqu’au petit lac dont une partie sera aménagée en espace de « purification végétale », le lit en béton hydrofuge de la rivière artificielle étant déjà construit. L’autre pôle, en bas, se situe près de l’entrée, non loin du jardin zen à créer. Le premier contact visuel s’établit ici : l’œil se pose sur un éboulis surplombant l’eau, le chaos minéral s’ordonnant autour d’un bloc sentinelle dominant dont les formes rappellent celles d’un sphinx. Pour les maîtres japonais qui l’ont choisi et positionné avec soin, il symbolise « le visage intérieur de Marseille ». Ce chantier, exercice de force, de précision et de création artistique est une course contre la montre, l’équipe japonaise ne pouvant rester qu’une semaine. Elle doit assurer le travail avec les 3 hommes et les 4 machines de l’entreprise Clavière E.V. et former l’équipe de maîtrise d’œuvre de Dominique le Fur (Daniel Chotard, sculpteur chargé de la partie rocher, Enzo, un spécialiste français des jardins japonais et Alain Jacquemmoz, le fontainier). Pour la Direction des parcs et jardins, Daniel Garnier, du bureau d’études, suit l’opération. « Morita et Onishi ont commencé à sélectionner les rochers sur la plateforme de stockage, s’étonne le technicien. Au premier coup d’œil, on voyait qu’ils plaçaient déjà les pierres dans leur tête en fonction de leur emplacement ».

Une palette nipponne

Les rochers repérés sont affectés d’un numéro et d’une lettre précisant leur positionnement. Tracé à la bombe, un point rouge cerclé signale la face devant rester visible. Autour, une trentaine d’arbres de 20 espèces différentes sera plantée. La palette végétale, a été composée par Michel Mazet, responsable du Jardin botanique avec 300 arbustes de 28 espèces ainsi que des centaines de plantes vivaces et aquatiques.

PHOTO - 508240.BR.jpg
PHOTO - 508240.BR.jpg
Masayuki Morita - Paysagiste, conseiller technique - « La pierre est un élément essentiel du jardin japonais »

Pourquoi trouve-t-on autant d’éléments minéraux dans vos réalisations ?

Parce qu’ils composent, avec l’arbre et l’eau, les 3 éléments primordiaux et indissociables du jardin japonais traditionnel. La pierre apporte une présence forte par son poids.

Comment placez vous les rochers ?

Tous présentent 7 visages différents. Le choix consiste à déterminer lequel de ces visages nous voulons montrer au visiteur. En fait, chaque pierre a sa place. Mais l’une d’entre elles s’accommodera mieux sur une cascade, l’autre au pied d’un arbre.

Quelle formation avez-vous suivie ?

J’exerce ce métier depuis 50 ans ! J’ai commencé comme apprenti et j’ai ensuite appris à maîtriser les techniques avec un maître, sur les chantiers. Des connaissances qu’aucun livre ne peut apporter !

Fiche technique

Superficie du jardin : 1 700 m2Rochers : 300 t de basalte (blocs de 7 t à quelques dizaines de kg)
Volumes de terre : 1 400 m3 (850 m3 de mélange terreux de sols acides et 850 m3 de terrassement)
Arbres : une vingtaine conservés et 31 plantés (érables, malus, prunus, pinus)
Arbustes : 298
Plantes : vivaces, aquatiques, fougères (anémone, muguet, hostas, saxifrages, dryopteris, numphaea candida)

Les intervenants

Maître d’ouvrage : Direction parcs et jardins de Marseille (Daniel Garnier)
Maître d’œuvre : Dominique Le Fur, paysagiste avec Daniel Chotard, Enzo, Alain Jacquemmoz
Entreprise : Calvière E.V.
Palette végétale : Michel Mazet, responsable du jardin botanique du parc Borely

Commentaires

300 tonnes de basalte pour un chaos minéral organisé

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX