Culture

30 ans d’Equerre d’argent exposés à Lyon

Mots clés : Communication - marketing - Manifestations culturelles - Prix d'architecture

Après Bordeaux, Nantes et Marseille, l’exposition « 1983-2013 : 30 ans d’Equerre d’argent » continue son tour de France et fait étape à Lyon du 19 juin au 31 août à l’Archipel, centre de culture urbaine (21, place des Terreaux, 1er).

L’Equerre d’argent s’est imposée au fil des années comme le prix le plus prestigieux en matière d’architecture. A l’image du prix Goncourt, elle récompense chaque année une œuvre, un bâtiment construit sur le territoire français. Organisée par le Groupe Moniteur depuis 1983, dotée d’un jury indépendant, l’Equerre d’argent est décernée à la fois à l’architecte et à son commanditaire, puisque, selon la formule consacrée, voire rabâchée, il n’y a pas de bonne architecture sans bon maître d’ouvrage.

 

Existe-t-il pour autant un bâtiment « équerrable » type ? L’examen des 30 lauréats montre que non. Les réalisations primées vont de l’ouvrage de prestige – musée Picasso, Institut du monde arabe, Cité de la musique, ambassade de France –  à l’équipement municipal – crèche, parking, médiathèque, école, gymnase – en passant par l’immeuble de logements. Il faut cependant noter la faible représentation des édifices tertiaires ou industriels et, partant, de la maîtrise d’ouvrage privée.

 

De l’orthodoxie moderne à l’éclectisme d’aujourd’hui

 

Les bâtiments sont également répartis assez équitablement sur le territoire, pour moitié à Paris et en Ile-de-France, pour moitié en régions. Et concernant les maîtres d’œuvre, ce prix a distingué des architectes à la notoriété déjà bien établie – dont quatre étrangers, Piano, Koolhaas, Herzog et de Meuron et, en 2013, Sanaa – mais aussi d’autres moins médiatisés ou pouvant même passer pour des révélations.

 

Revenir sur ces trente années d’Equerre d’argent, c’est aussi – et surtout – voir défiler l’histoire récente de l’architecture française. Des derniers feux de l’orthodoxie moderne à l’éclectisme d’aujourd’hui, le raccourci est saisissant. Il montre que cette discipline – que l’on dit pourtant à évolution lente – sait se renouveler constamment, en relation étroite avec les mutations technologiques, sociales et culturelles.

 

La prochaine ville-étape de cette exposition itinérante (*) est à découvrir sur www.lequerredargent.fr

 


(*) L’exposition « 1983-2013 : 30 ans d’Equerre d’argent » est organisée par le Moniteur et AMC, en partenariat avec Kawneer, Permasteelisa, Vilogia et Malerba.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X