En direct

3/4 Entretien avec Murielle GOLUB, responsable management qualité au conseil général des Hauts-de-Seine La certification ISO 9001 pour les travaux des Hauts-de-Seine

Propos recueillis par Sophie Deluz » |  le 16/08/2007  |  RéglementationRéglementation des marchés privésCommande publique

Le conseil général des Hauts-de-Seine a reçu, en juin 2006, la certification ISO 9001 (Afaq Afnor) pour son activité de passation des marchés publics de travaux de bâtiment. Murielle Golub dévoile les clés de la réussite et explique les prochaines étapes du projet.

Quelle est la genèse de cette démarche qualité ?

L’idée de la certification ISO 9001 a germé début 2004, à l’occasion d’une restructuration dans les services du conseil général, avec la création de la direction des marchés publics pour fédérer les pratiques, et d’une direction de la construction pour regrouper l’activité construction des collèges et des autres bâtiments. C’était l’occasion de poser par écrit nos façons de faire, et de demander à un organisme extérieur d’en valider la pertinence via la certification. Un consultant a été chargé de lancer la démarche et de l’accompagner : diagnostic, définition de thèmes, constitution de groupes de travail et mise en place du système qualité.

Quel champ de certification le conseil général a-t-il choisi ?

Notre activité de construction peut se découper en trois phases : la passation, l’exécution des marchés de travaux et l’entretien des bâtiments. Nous avons ciblé la phase de passation des marchés publics, qui dure quasiment trois ans sur les « 4 ans 4 mois » consacrés en moyenne à la construction d’un collège par exemple. Nous avons donc retenu ce champ, avec pour objectifs, comme pour tout contrat commercial, le respect des délais et la maîtrise des coûts, et la conformité juridique, puisque nos contrats sont des marchés publics.

Comment le travail en groupes s’est-il déroulé ?

Les quinze groupes de travail ont tenu plus de 70 réunions, afin de mettre à plat les pratiques et rédiger des procédures : Qui fait quoi ? Quand ? Comment ? Un comité de projet représentant les deux directions concernées validait, après analyse, les documents produits par les groupes. Au niveau supérieur, un comité de pilotage placé sous l’autorité du directeur général des services et regroupant toutes les directions utilisatrices de bâtiments, suivait l’avancement de la démarche et décidait des questions stratégiques.

A quel moment êtes-vous intervenue dans le projet ?

Une fois la démarche lancée, le consultant a préconisé le recrutement d’un responsable qualité, comme l’impose la norme. Ingénieure ETP, j’ai débuté en bureau de contrôle où j’ai vu arriver les « cercles Qualité », espaces de questionnement sur les méthodes et les pratiques. Je m’y suis engagée et j’ai professionnalisé ma démarche par une formation en management. Puis je me suis orientée vers l’univers de la qualité [...]

Cet article est réservé aux abonnés, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

3/4 Entretien avec Murielle GOLUB, responsable management qualité au conseil général des Hauts-de-Seine La certification ISO 9001 pour les travaux des Hauts-de-Seine

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur