2019, année phare pour les pompes à chaleur ?
- © Viessmann

2019, année phare pour les pompes à chaleur ?

Cédric Rognon |  le 23/01/2019  |  Négoce100 % eau et énergie Pompe à chaleurIndustrie

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Artisans
Négoce
100 % eau et énergie
Pompe à chaleur
Industrie
Valider

Dans un contexte porteur, marqué notamment par le coup d’arrêt porté aux chaudières fioul, l'Afpac précise ses options stratégiques pour accompagner la croissance du marché des pompes à chaleur.

L’Association française pour les pompes à chaleur (Afpac) a le sourire. Le marché français, déjà premier européen en volume, se porte bien. Les ventes de PAC air/eau devraient ainsi avoisiner les 100 000 unités en 2018, en hausse de 16 % par rapport à l’année précédente, estime Thierry Nille, président de l’association représentative de la filière. Tous les résultats seront présentés le 6 février prochain par Uniclima. Malgré un début d’année assez calme, l’Afpac ne doute pas que 2019 sera une nouvelle année de croissance. Tous les signaux sont au vert, même si certaines incertitudes planent encore sur la filière. L’arrêté performance précisant l’éligibilité des matériels aux aides publiques n’a notamment toujours pas été publié. Mais les aides de l’Etat, notamment pour aider à la substitution d’une chaudière fioul, sont bien là : maintien du CITE à 30 %, auquel s’ajoute désormais un crédit d’impôt de 30 % pour la pose (sous condition de ressources), crédit d’impôt de 50 % pour la dépose d’une cuve fioul (là aussi sous condition de ressources) et éco-PTZ simplifié à partir du 1er mars.

Aides auxquelles il convient d’ajouter le « coup de pouce chauffage » au titre des certificats d’économie d’énergie (4000 euros pour un ménage très modeste ou modeste, 2500 euros pour les autres) et la prime EDF en cas de PAC ou de PAC hybride (1500 euros pour un ménage très modeste ou modeste, 1000 euros pour les autres). Ce qui, dans le cas d’une installation chez un ménage très modeste d’une PAC air/eau coûtant 11 000 euros, laisse, aides déduites, seulement 100 euros à charge. L’opération est aussi intéressante pour les ménages autres que modestes avec un reste à financer de 4650 euros.

Choix stratégiques

L’Afpac s’attend à un effet d’aubaine très fort. « Soyons vigilants, c’est un risque potentiel pour la filière » prévient Thierry Nille. L’association sera donc très attentive à la qualité des installations dans les mois à venir. Un groupe de travail a par ailleurs été mis en place pour développer l’offre de PAC en rénovation. Un outil digital interactif est en cours de création pour permettre au particulier d’évaluer les aides, nationales mais aussi régionales, pour l’installation d’une PAC. Cet outil gratuit sera disponible, probablement d’ici avril-mai, sur le site web de l’association qui souhaite ainsi communiquer vers le grand public.

L’Afpac a aussi rédigé un ouvrage technique, également proposé en téléchargement gratuit, pour valoriser la PAC air/air en remplacement du chauffage électrique direct. La maintenance est un autre sujet fort. Une étude a été lancée en liaison avec un centre de recherche agréé pour démontrer sa pertinence et soutenir les orientations réglementaires en faveur de l’obligation d’entretien des PAC. De nouveaux produits ou services sont aussi à l’étude, parmi lesquels la problématique du recyclage des déchets et la conception d’offres de type leasing. On en saura plus dans quelques mois.

Enfin, l’Afpac étudie actuellement l’élargissement de son tour de table. Seront ainsi discutés lors de la prochaine assemblée générale : l’ouverture à des réseaux ou groupements professionnels qualifiés pouvant intervenir sur le marché de la rénovation en PAC, et la création d’une catégorie nouvelle d’adhérents « membres associés » dans les filières d’entreprises en génie climatique (distributeurs, installateurs, bureaux d’études…).

Commentaires

2019, année phare pour les pompes à chaleur ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Laurent46

26/01/2019 10h:12

Les pompes à chaleur sont une véritable plaie pour la société qui va générer d'énormes conflits. En général elles sont installées au meilleur endroit pour ne pas déranger le propriétaire mais juste sous le nez des fenêtres du voisinage ! si ce n'est de la chambre à coucher avec un bruit d'hélice permanent au bout de quelques mois. Si j'avais cela en face de ma chambre l'appareil aurait une durée de vie très limitée. Parfois cela va encore plus loin avec la pompe pour la maison, celle pour la piscine et parfois encore une clim ou deux >Vive le phare....

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Voirie et réseaux divers

Voirie et réseaux divers

Date de parution : 10/2019

Voir

Comprendre simplement les marchés publics

Comprendre simplement les marchés publics

Date de parution : 10/2019

Voir

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Date de parution : 10/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur