En direct

2017, une année de consolidation pour les régions
Pour Philippe Richert, président de Régions de France et du Grand Est, les régions sont "les nouvelles références" sur le territoire - © © Jean-Luc Stadler, Région Grand Est

2017, une année de consolidation pour les régions

Jessica Ibelaïdene |  le 17/01/2017  | 

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Valider

Lors des vœux de Régions de France (ex-ARF), le président de l’institution, Philippe Richert, a insisté sur la volonté de consolider la place que les 13 nouvelles régions ont acquise en 2016.

« Nous écrivons les pages d’une nouvelle histoire. Nous avons passé un cap, initié un mouvement dans l’organisation des pouvoirs en France. » Voilà ce que Philippe Richert, président de Régions de France et du Grand Est, retient de 2016, comme il l’a expliqué lors de ses vœux à la presse, le 17 janvier.

Car l’année 2016 a été marquée par trois changements majeurs pour les territoires régionaux. La première a été, bien évidemment, la fusion des régions, passant de 22 à 13 en métropole. Tout en réorganisant les administrations, elles ont acquis de nouvelles compétences, en matière de développement économique et de transport, notamment. Elles ont enfin repensé leur relation avec l’Etat, avec la volonté de se positionner comme « une nouvelle référence dans l’organisation administrative et politique du territoire national, au côté de l’Etat et des intercommunalités ».

Lancement de plusieurs expérimentations

Après une année « dense », 2017 sera l’année de la consolidation pour les régions. Philippe Richert souhaite notamment qu’elles lancent des expérimentations dans différents domaines. Certaines tenteront le recul de l’âge de l’apprentissage (de 25 à 30 ans), d’autres espèrent tenter l’appel à la concurrence sur le réseau ferroviaire, afin que tout le territoire soit prêt lorsque l’ouverture à la concurrence, imposée par les textes européens, sera opérationnelle en 2023…

En matière d’innovation, Philippe Richert se félicite que le fond régional du Programme d’investissements d’avenir (PIA) soit passé de 50 à 500 millions d’euros (dont 250 millions de dotation aux régions délivrés en tenant compte de leur population). Un signe positif qui lui fait dire que « les régions seront plus impliquées, au côté de la BPI et des services de l’Etat », dans les choix des projets au niveau local.

Une plateforme présidentielle lancée le 8 février

Année électorale oblige, Philippe Richert et les régions attendent aussi d’entamer les discussions avec le prochain président de la République et le nouvel exécutif. Si les régions ne se sont pas encore trop invitées dans la campagne électorale, Régions de France compte y remédier.

L’institution planche en effet sur une plateforme dont l’objectif d’interroger chaque candidat sur sa vision de la décentralisation du pays et le rôle envisagé pour les régions. Lancement prévu le 8 février.

Commentaires

2017, une année de consolidation pour les régions

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit de l'Aménagement, de l'Urbanisme, de l'Habitat – 2020

Droit de l'Aménagement, de l'Urbanisme, de l'Habitat – 2020

Date de parution : 09/2020

Voir

Jean Prouvé - 5 maisons sur mesure

Jean Prouvé - 5 maisons sur mesure

Date de parution : 09/2020

Voir

Villes et territoires de l’après-pétrole 

Villes et territoires de l’après-pétrole

Date de parution : 08/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur