Entreprises de BTP

2014 devrait être un bon cru pour Eiffage

Mots clés : Entreprise du BTP - Gestion de l'entreprise

Des résultats en hausse, une trésorerie qui se tient, un carnet de commandes bien rempli… Au premier semestre, Eiffage se maintient de belle manière dans un contexte économique national difficile. Le groupe devrait finir l’année avec la même dynamique.

Mis à part le niveau d’activité, en léger retrait, tous les voyants sont au vert chez Eiffage au 1er semestre 2014. Si le chiffre d’affaires consolidé d’Eiffage est globalement stable à 6,5 milliards d’euros (- 0,2 %), le résultat opérationnel courant progresse ainsi de 7,3 % à 556 millions d’euros, soit une marge opérationnelle de 8,5 % contre 7,9 % au 1er semestre 2013. La trésorerie nette disponible est quant à elle de 791 millions d’euros.

En dépit de la baisse du chiffre d’affaires de 1,0 % (5,4 milliards d’euros) par rapport au 1er semestre 2013, le résultat opérationnel de l’activité Travaux – qui regroupe les activités de construction (travaux bâtimentaires et promotion immobilière), de travaux publics, d’énergie et de construction métallique – est en hausse de 4,5% et  la marge opérationnelle atteint 1,7%. De bons résultats que le groupe explique par « une politique toujours sélective de prise d’affaires,  la gestion serrée des frais de structure et à la bonne maîtrise de l’exécution des grands projets en cours ».

 

Eiffage Construction

 

Dans le détail, l’activité construction est en hausse de 4,4 % à 1,44 milliard d’euros, particulièrement soutenue en France, où la commercialisation de logements est toujours dynamique, de même qu’en Europe, principalement en Pologne. La marge opérationnelle se maintient à un niveau constant et élevé (4,0% contre 4,2% au 1er semestre 2013).

 

Eiffage Travaux Publics

 

Dans les Travaux Publics, l’activité est en baisse de 1,1 % à 1,79 milliard d’euros, en léger retrait en France, mais en progression en Europe, en dépit de la faiblesse persistante de la commande publique en Espagne. Si l’activité est encore déficitaire, elle poursuit néanmoins son redressement (-2,0% contre -2,2 % au S1 en 2013). Parmi les grands projets d’infrastructures du groupe, le chantier de la Ligne à grand vitesse Bretagne Pays de la Loire (LGV BPL), avancé à 50%, se déroule de manière « fluide et sans frottement », a assuré Pierre Berger, PD-G du groupe, lors de la présentation des résultats semestriels le 28 août.

 

Eiffage Energie

 

 Le chiffre d’affaires de la branche Énergie est en repli de 8,5 % à 1,42 milliard d’euros, surtout en France (-10,8%), compte-tenu, notamment, d’une politique de sélectivité accrue. «C’est un choix délibéré de notre part, a assuré  Pierre Berger. Certaines régions étaient sous performantes en terme de marges. Nous avons préféré baisser la voilure pour faire remonter les marges ».  L’activité se redresse en Europe, en particulier grâce à une nette reprise de la commande privée en Espagne et du dynamisme des commandes en Allemagne. La marge opérationnelle dans l’Energie progresse (3,2 % pour 2,8 % au 1er semestre 2013).

 

Eiffage Métal

 

Malgré une baisse sensible en France (-26,2%), que  le groupe justifie par un le haut niveau d’activité du 1er semestre 2013, (plateforme offshore Ofon et d’importants chantiers de façades), la branche Métal du groupe affiche une hausse de 5,0 % de son chiffre d’affaires global grâce à une très forte croissance en Europe suite à l’intégration réussie du groupe  belge Smulders. En revanche, la rentabilité opérationnelle est en retrait de 14,3% par rapport au 1er semestre 2013 avec l’achèvement de quelques grands chantiers.

 

Eiffage Concessions

 

Dans les concessions, le chiffre d’affaires d’APRR est en hausse de 2,8 %, porté par l’augmentation du trafic de 2,0 %. L’autoroute A65 entre Langon et Pau, mise en service en décembre 2010, voit progresser son trafic de manière spectaculaire : + 70% de poids-lourds et + 5,6% pour les véhicules légers. Pour autant, avec un trafic compris entre 9 000 et 10 000 véhicules/jour, cette concession n’est pas encore rentable pour le groupe. Mais au global, l’activité Concessions enregistre une croissance de 3,4 %.

La marge opérationnelle de l’activité augmente et atteint 42,7 % du chiffre d’affaires grâce à la bonne tenue du trafic des concessions autoroutières et à la maîtrise des dépenses d’exploitation. Malgré la hausse prévue des frais financiers, la croissance du résultat opérationnel courant permet une augmentation significative du résultat net semestriel de 17,2 % à 68 millions d’euros.

 

Perspectives

 

La concrétisation au 1er semestre 2014 de plusieurs grands projets ciblés (notamment les premiers lots de travaux attribués dans le cadre des programmes d’aménagement du Grand Paris et du « grand carénage » des centrales nucléaires d’EDF) permet au groupe d’afficher un carnet de commandes élevé de 12,3 milliards d’euros, représentant plus de 12 mois d’activité.

Le groupe prévoit pour 2014 un chiffre d’affaires en légère croissance, une nouvelle progression de son résultat opérationnel courant et de son résultat net ainsi que la baisse de son endettement net.

Sur les projets autoroutiers, le P-DG a indiqué que le dossier d’appel d’offres pour le contournement de Strasbourg était attendu d’ici à la fin de l’année. Il a également estimé que le projet d’autoroute A831 avait « du plomb dans l’aile » et que l’avenir de l’autoroute A45 entre Lyon et Saint-Etienne, dépendait uniquement du niveau de prix que proposeront les groupements concourants. Ceux-ci devraient remettre leur offre fin septembre pour une prise de décision à la fin de l’année.  

Côté Grand Paris, les appels d’offre pour le barreau Est-Ouest d’Eole entre Saint-Lazare et La Défense devraient sortir d’ici à la fin de l’année (deux lots pesant entre 600 et 800 millions d’euros chacun) tout comme ceux de la ligne 15.

Pour sa part, la branche Métal devrait démarrer prochainement la construction de ponts d’urgence Unibridge pour un pays africain (contrat d’une centaine de millions d’euros de chiffre d’affaires). Elle devrait aussi livrer une toiture de stade en Irak. Pierre Berger a par ailleurs annoncé qu’il rencontrerait prochainement des responsables Qataris.

 

Plan de relance et écotaxe

 

Pierre Berger a enfin fait le point sur les grands dossiers qui pourraient générer de l’activité après 2014. Sur le plan de relance autoroutier, le P-DG a indiqué que suite à des questions complémentaires envoyées par la Commission européenne le 12 juillet dernier, le dossier avait été reconfiguré et re-notifié à Bruxelles le 21 août. La Commission dispose de deux mois pour rendre sa réponse, qui devrait cette fois être définitive.  

Sur l’écotaxe refondue, Pierre Berger a expliqué ne pas être en cours de discussion avec le gouvernement sur une éventuelle ponction des bénéfices des concessionnaires autoroutiers destinée à compenser le manque à gagner généré par la nouvelle mouture de l’écotaxe. « Les contrats de concession sont ainsi écrits qu’ils ne permettent pas de prélever des taxes supplémentaires sur l’activité des autoroutiers sans compensation, qui peut prendre la forme d’une augmentation des tarifs ou d’une augmentation de la durée de la concession », a précisé Pierre Berger.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le
    Les major de la construction rafle tous les marches de la rénovation à des prix cassés, pour faire exécuter les travaux par des sous traitants sous payés. Normal que ces majors se portent bien.
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X