Transport et infrastructures

1 milliard d’euros par an dès 2019 pour l’entretien et la modernisation des routes

Mots clés : Chaussée - Gouvernement - Mobilier urbain - Ouvrage d'art - Réseau routier

Le gouvernement va lancer prochainement son « plan de sauvegarde des routes nationales » visant à rénover d’urgence les chaussées et les ouvrages d’art, a indiqué mardi 15 mai au Sénat, la ministre des Transports, Elisabeth Borne.

 

Un audit remis en avril à la ministre des transports, Elisabeth Borne a mis en évidence « l’état critique du réseau », a expliqué la ministre, mardi 15 mai au Sénat.

« Notre sous-investissement a été manifeste », a-t-elle déploré. « 50% des surfaces de chaussées sont à renouveler et près d’un pont sur dix est en mauvais état. » « Une action plus forte de remise à niveau est indispensable », même si les crédits ont déjà été augmentés cette année, a-t-elle souligné. « Nous devrons engager dès 2019 un plan de sauvegarde des chaussées, des ouvrages d’art et des équipements du réseau routier national non concédé » (qui comprend les routes nationales et les autoroutes gratuites), a annoncé Mme Borne.

Ledit plan vise à dépenser 1 milliard d’euros par an pour l’entretien et la modernisation des routes, contre 800 millions cette année. Il comportera « des objectifs quantitatifs d’amélioration du réseau routier », fixés tous les cinq ans à partir de 2022, a-t-elle précisé.

La ministre des Transports a par ailleurs confirmé son objectif d' »(accélérer), pour les axes du réseau routier desservant les villes moyennes, des opérations d’amélioration d’itinéraire: créneaux de dépassement, déviation, voire, lorsque les trafics le justifient, passage à 2×2 voies sur certaines sections ». « Dans la plupart des cas, il ne s’agit pas de grands travaux mais d’aménagements simples », a-t-elle remarqué.

Plus généralement, « le gouvernement fera très bientôt connaître ses choix » en matière d’infrastructures, a relevé Mme Borne. La loi d’orientation sur les mobilités (LOM) qu’elle compte présenter « avant l’été (…) proposera une stratégie d’ensemble ainsi qu’une programmation sincère de nos infrastructures sur les deux prochaines décennies », a-t-elle promis. « Cette programmation devra s’appuyer sur des ressources financières solides et pérennes, en privilégiant, chaque fois que c’est possible, le paiement par l’usager ou par le bénéficiaire final des projets », a prévenu la ministre.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X