Réglementation Commande publique

Comment faire décoller la dématérialisation

Alors que l’Europe envisage de la rendre bientôt obligatoire pour tous, la dématérialisation des marchés publics reste encore peu développée pour ce qui est des réponses en ligne. Pourtant, ceux qui y sont passés paraissent globalement satisfaits. Récits des bonnes pratiques de ces acteurs qui se démarquent.

Tout part de la décision. En matière de dématérialisation, les acheteurs publics s’organisent – presque – comme ils l’entendent. Avec un effet « mitigé » pour Alain Bénard, vice-président de l’Association des acheteurs des collectivités territoriales (AACT) : depuis 2004, un « grand pas a été franchi, mais on s’aperçoit que cela reste compliqué ». Le téléchargement des dossiers de consultation (DCE) est une pratique acquise. Tel n’est pas le cas des réponses en ligne. « Les entreprises ont fait beaucoup d’efforts pour former leur personnel, constate la FNTP, qui a fait sonder ses adhérents sur le sujet mi-2012. Mais peu de maîtres d’ouvrage recourent à la dématérialisation. Dans les entreprises, les salariés perdent la main, ou ont besoin de se réapproprier le fonctionnement d’une plate-forme à chaque fois. Il faudrait simplifier leur fonctionnement. » La fédération « a l’impression que le sujet s’essouffle ». A entendre les praticiens, la balle serait dans le camp des acheteurs publics et… des élus et responsables des structures publiques. « Il faudrait relancer la machine. Les associations d’élus devraient s’en emparer », estime Alain Bénard. La dématérialisation ne prend que si elle est portée au plus haut niveau. Il faut « un investissement des politiques et des décideurs territoriaux », acquiesce Céline Faivre, directrice générale d’e-mégalis Bretagne.

Le tout est de « ne pas partir seul », précise Régis Courroy, responsable des achats de l’office public de l’habitat (OPH) Vosgelis, qui reçoit 60 % d’offres par voie électronique. L’établissement a ainsi débuté en 2004 en se rapprochant de la fédération du bâtiment, de la Capeb, des chambres de métiers et de commerce pour « montrer l’unité ». La communication envers les entreprises s’avère...

Vous devez être abonné au Moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X