Territoires

Yvelines IngénierY’ s’ouvre aux grandes communes rurales

Pour apporter aux communes rurales l’aide technique dont elles ne disposent pas et remplacer les services de l’Etat désengagés de ces missions, les Yvelines se sont dotées d’une agence qui a très rapidement trouvé sa place dans un département dont 160 des 262 communes ne comptent pas plus de 2 000 habitants. « Nous sommes le bras armé du conseil départemental, sur 70 % du territoire », résume Alain Schmitz, l’ancien patron du département, ravi d’aller sur le terrain avec sa casquette de président d’IngénierY’.

Lorsque les communes rurales ont besoin de conseils techniques, de rédiger un appel d’offres, de trouver des financements, d’aménager un centre-ville ou de refaire une route, elles se tournent vers IngénierY’. Avec quatorze mois seulement d’activité réelle de maîtrise d’ouvrage, l’agence recense déjà 130 communes adhérentes et bien qu’il ne vise pas le 100 % à tout prix, Alain Schmitz ne cache son envie « d’aider le plus possible ». Si certains ne lui ont confié qu’une mission de réflexion, d’autres ont ouvert sept dossiers. Au total, l’agence gère 96 projets en cours (40 % bâtiment, 30 % voirie, 30 % urbanisme) pour un coût de travaux compris entre 40 000 et 1,2 million d’euros.
Modification des statuts. Sans temps mort, IngénierY’ vient de voter- par modification de statuts – l’agrandissement du cercle de ses adhérents potentiels en acceptant les communes de plus de 2 000 habitants ne se trouvant pas dans la future communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise ou dans Versailles Grand Parc. « Face à elles, il restait six petites intercommunalités auxquelles le président du conseil départemental Pierre Bédier a pensé qu’il fallait donner du poids. D’autant que, même avec 5 000 ou 7 700 habitants, ces communes et leurs populations s’estiment rurales », poursuit Alain Schmitz. Cela ne signifie pas que ces 25 localités de plus feront appel à IngénierY’ mais elles en ont la possibilité. L’adhésion de 1 euro par habitant ne fait pas hésiter les villages dès qu’ils en ont besoin, les localités plus importantes réfléchiront peut-être si elles ont déjà les compétences techniques en mairie.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X