Territoires

Yvelines Grand Paris Seine & Oise vote son premier budget

C’est un budget symbolique que les élus de Grand Paris Seine & Oise (GPS&O) ont adopté. Il s’agit en effet plus d’un document de démarrage que d’une feuille de route ambitieuse, trois mois après la création de la communauté urbaine yvelinoise.

Un document fondateur.

Etabli en l’absence de référence, il est « le résultat de l’agrégation des budgets des six établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) fusionnés », souligne le président Philippe Tautou en affirmant que le prochain portera vraiment la signature des conseillers communautaires et sera « la traduction des choix opérés à l’échelle des 73 communes, autour d’un projet de territoire commun. » Aujourd’hui, la programmation n’est que la somme des projets des anciennes intercommunalités que les élus communautaires doivent classer par priorités.

Equilibré à 308,5 millions d’euros, il affecte 259,2 millions d’euros au fonctionnement et 49,2 millions à l’investissement (dont près de 43 millions à l’équipement), avec un encours de la dette de 45,3 millions d’euros. 71 % des recettes émanent de la fiscalité et 23 % (soit 33 % d’augmentation par rapport aux six budgets cumulés de l’année précédente) des subventions.
En vertu de la neutralisation fiscale et financière, les foyers ne subiront pas de prélèvement supplémentaire et les ressources des communes ne seront pas touchées : celles qui subiraient une baisse de recettes percevront une compensation de Grand Paris Seine & Oise. Peinant dans la mise en marche des services administratifs, la communauté urbaine mettra plus de temps que prévu à atteindre sa vitesse de croisière : ce ne sera pas avant la fin d’année…

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X