Management et prévention QUESTIONS À

Xavier Carn, directeur régional sécurité (à g.), et Laurent Arnulf, directeur médical Europe, Afrique, Moyen-Orient chez International SOS (1) « Anticiper les risques pour les salariés en mission à l’étranger »

Vous publiez une étude sur le devoir de protection des employeurs à l’égard de leurs expatriés. Quels en sont les enseignements ?

Depuis une quinzaine d’années, le contexte a évolué. La nature des risques a changé : on observe une imbrication des risques sanitaires et sécuritaires (instabilité politique, menace terroriste) qui ont augmenté. Le contexte légal a évolué vers une extension du champ de responsabilité des employeurs. Une entreprise du BTP ne saurait aujourd’hui, du jour au lendemain, démarrer un chantier à l’étranger : elle doit mettre en place des solutions pour préparer et accompagner la mission de ses salariés.

Quels sont les enjeux de cette protection ?

Une crise sanitaire ou sécuritaire doit pouvoir être gérée rapidement, 24 h sur 24 : accès à des soins médicaux de qualité, rapatriement en cas de blessure ou maladie grave. En cas de chantier dans un pays instable, les collaborateurs doivent être mis en sécurité et, si nécessaire, évacués sans dommage physique. Les entreprises du BTP, parfois appelées à construire en régions isolées, sont concernées.

Que conseillez-vous aux entreprises ?

Elles doivent connaître l’environnement dans lequel elles vont intervenir, notamment en matière d’offre médicale, et cartographier les risques médicaux et sécuritaires pour les réduire. Cela passe par la rédaction d’un « plan de santé », qui va dimensionner les moyens à mettre en œuvre. Il faut équiper le terrain en mettant en place une structure permettant à la mission de se dérouler correctement, en prenant en compte les différents risques. Plus le projet est isolé de centres de soin de qualité, et plus les capacités à mettre en place sur le terrain doivent être importantes. Il s’agit en outre de s’assurer que les salariés sont adaptés à l’environnement dans lequel ils seront appelés à travailler, par exemple en termes de conditions climatiques. Mais aussi les sensibiliser (information sur les pathologies existantes, formation sur les bons gestes…).

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
(1) Société internationale d’accompagnement des voyageurs et expatriés dans la maîtrise des risques médicaux et sécuritaires.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X