Enjeux Logiciel

Wicona convertit ses façades en objets BIM

Mots clés : Logiciels - Outils d'aide

Précurseur en matière de maquette numérique, le fabricant de menuiseries aluminium Wicona rencontrait quelques difficultés avec le format standardisé des objets BIM. Ses produits étant souvent conçus sur mesure, l’industriel développait un fichier pour chaque projet, d’après les plans de l’architecte. Des plans parfois réalisés avec l’application maison Wic3D. « Il nous fallait aller plus loin avec cet outil et le transformer en un configurateur d’objets BIM », raconte Bertrand Assemat, directeur des solutions informatiques clients de Wicona.

A partir de la modélisation 3D d’une fenêtre ou d’une porte, la nouvelle mouture génère directement un objet compatible avec le logiciel Revit. Cette version est d’ores et déjà téléchargeable gratuitement sur le site Internet du groupe. Elle comprend les fenêtres, les portes et les coulissants. Manquent encore les murs-rideaux. Tout sera disponible lors du salon Batimat, qui se tiendra au parc des expositions de Villepinte du 6 au 10 novembre.

Demande des architectes. Une fois installé, Wic3D prend la forme d’un module intégré dans Revit. L’utilisateur peut y créer en quelques clics les menuiseries désirées. Pour simplifier l’opération, de nombreux paramètres sont prédéfinis. « L’interface reste ainsi accessible à un large public », souligne Bertrand Assemat. Ce cadre ne bride toutefois pas la créativité. L’application n’empêche pas le dessinateur de prendre des libertés avec les limites techniques. « C’était une demande des architectes, précise le directeur. Ils souhaitaient ouvrir la discussion avec les menuisiers sans être contraints. » Le nouveau programme devrait en outre faciliter les échanges entre les deux métiers. Les ensembles modélisés peuvent être exportés dans un format lisible par Wictop, le logiciel de l’industriel destiné au chiffrage et aux études techniques. Le menuisier peut ainsi répondre aux demandes de ses clients sans ressaisir tous les paramètres.

Par ailleurs, les données commerciales sont raccrochées à l’application et non à l’objet BIM. « De la sorte, le fichier requiert moins de mémoire. La maquette s’en trouve allégée », explique Bertrand Assemat. Les mises à jour de cette base de données sont automatiques. Une version pour Archicad, en cours de développement, devrait voir le jour l’année prochaine.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X