Technique et chantier

Volvo fait son retour dans le lourd

Mots clés : Matériel - Equipement de chantier - Terrassement

Terrassement. Le suédois dévoile à la Bauma 2016 une pelle de 75 t, une autre de 90 t et un tombereau articulé de 60 t. Une offensive massive sur le créneau des gros matériels.

« Les gros matériels, c’est vraiment le cœur de notre métier », commente Martin Weissburg, PDG de Volvo Construction Equipment, lors du lancement, à l’occasion de la Bauma 2016, de trois nouveautés : l’EC750E, une pelle de 75 t ; l’EC950E, une pelle de 90 t ; l’A60H, un tombereau articulé de 60 t. Une offensive massive vers les matériels pour carrières et terrassement de masse. Il est vrai que cette catégorie de machines avait été celle du suédois dans les années 1990, quand il possédait les tombereaux rigides Euclid et les chargeuses Michigan. Puis il s’en était désintéressé, revendant les premiers et réduisant la taille des secondes. Ces dix dernières années, Volvo s’est concentré sur les pelles de moyen tonnage, les matériels compacts et les engins routiers. Sur les grands chantiers de terrassement, la marque n’était plus présente qu’avec des tombereaux articulés, alimentés par des machines d’autres marques. Aujourd’hui, le mouvement du balancier revient en arrière : d’abord au moment du rachat des tombereaux rigides Terex en décembre 2013 ; puis par le lancement de pelles capables de les alimenter et d’un articulé géant se situant dans la même catégorie. Pourquoi maintenant ? « Nous sommes une entreprise centenaire, rappelle Martin Weissburg. Les cycles et les contre-cycles font partie de notre histoire. » Le voici donc revenu dans le lourd ! Avec quels arguments techniques ? Pour commencer, un nouveau moteur de 16 l de cylindrée, commun aux trois matériels. Pour les deux pelles, notons l’adoption de commandes hydrauliques assistées par électronique, signe que les joysticks en prise directe seront bientôt un accessoire du passé. L’EC950E a un châssis rétractable pour lui permettre de réduire sa largeur lors des transports et de l’augmenter au travail pour plus de stabilité. Le tombereau articulé, quant à lui, intègre en standard une suspension active et un pesage embarqué. Mais il faudra attendre de découvrir ces machines autrement que sous les projecteurs d’un salon pour connaître en détail leurs caractéristiques. Ce qui semble probable, c’est le lancement d’autres produits dans cette catégorie : une chargeuse de 9 m3 par exemple, ou des tombereaux rigides modernisés. « C’est une décision que nous n’avons pas encore prise pour l’instant », élude poliment Martin Weissburg, sans qu’il soit interdit de penser que ses bureaux d’études travaillent déjà sur ces projets.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X