Architecture Technique

VMC simple flux

Mots clés : Ventilation

Principes et objectifs

L’objectif de réduction des consommations énergétiques

a conduit notamment à l’amélioration de la qualité de l’enveloppe des bâtiments. Un bon traitement de l’étanchéité à l’air, l’emploi de matériaux performants dont les isolants et les menuiseries, contribuent à la diminution des déperditions thermiques.

Une attention particulière

doit être apportée à l’aération des logements, notamment en termes de qualité de réalisation des installations. Cette action permet de garantir une qualité de l’air intérieur satisfaisante pour les occupants.

L’absence ou l’insuffisance d’aération

dans les logements peut contribuer à une dégradation du bâti (présence de condensation, développement de moisissures, etc.) et entraîner un inconfort pour les occupants.

Le bon fonctionnement des appareils de chauffage

peut être également impacté (exemple : arrêt de la chaudière gaz). Des désordres sur le bâti peuvent également apparaître (humidité apparente ou cachée, salissures, développement de moisissures, etc.).

L’aération d’un logement neuf

doit être générale et permanente, et doit assurer les débits réglementaires exigés, en respectant les conditions définies par la réglementation acoustique.

Chaque pièce principale

(séjour, chambre) doit être munie, au minimum, d’une entrée d’air. Les pièces de service (cuisines, salles de bain, WC, salles d’eau) ne doivent pas comporter d’entrée d’air, sauf dispositions particulières (cuisine ouverte sur le séjour). Chaque pièce de service doit être munie d’une bouche d’extraction. L’air doit pouvoir circuler librement afin que le flux balaie le logement (passages de transit : grilles de transit, blocs portes avec passages d’air périphérique, détalonnage des portes).

Diagnostics

Entrées d’air

Entrées d’air absentes ou en nombre insuffisant dans les pièces principales.
Présence d’entrées d’air dans les pièces de service (voir photo 1).
Mauvais positionnement des entrées d’air (obturation, flux d’air mal dirigé).
Orifices d’entrées d’air non calibrés (dimensions non respectées, sections insuffisantes, etc. voir photo 2).
Performances aérauliques des entrées d’air non adaptées (sous-dimensionnement ou parties sécables non retirées).
Infiltrations d’air parasites.

Ces dysfonctionnements

ne permettent pas d’assurer des renouvellements d’air suffisants dans les logements. Des dégradations importantes risquent d’apparaître au niveau du bâti. Il peut en résulter un inconfort pour les occupants.

Sorties d’air

Performances aérauliques des bouches d’extraction non adaptées à la pièce ou au logement (inversion de bouches d’extraction entre pièces de service d’un même logement et/ou de pièces de service de logements de typologie différente, bouches autoréglables configurables mal réglées).
Mauvais positionnement des bouches d’extraction (bouches installées à proximité des portes d’accès aux pièces de service, aménagements ultérieurs, voir photo 3).
Absence de bouche d’extraction dans une pièce de service.
Impossibilité de passage en débit temporisé (absence de poulie de renvoi ou commande inaccessible).

Ces défauts ont pour conséquence

un renouvellement d’air insuffisant dans les logements. Des condensations peuvent apparaître et créer des désordres sur le bâti.

Report d’alarme de dysfonctionnement de la ventilation (bâtiments d’habitation collectifs)

Absence d’alarme sonore ou visuelle ou non-repérage du voyant d’alarme de fonctionnement signalant l’arrêt de l’extracteur (voir photo 4).

Ce défaut peut entraîner

la mise en jeu de la sécurité des occupants. Les polluants, non évacués vers l’extérieur, iront s’accumuler dans les logements.

Rejet de l’air extrait des logements

Perte d’efficacité de l’installation due à une mauvaise mise en œuvre des équipements (chapeaux de toiture inadaptés, longueurs de gaines trop importantes, coudes prononcés, rejets dans les combles, etc., voir photos 5 et 6).

Ces défauts ont pour conséquence

un refoulement de l’air vicié extrait et des particules enflammées en cas d’incendie.

Les bonnes pratiques

Vérifier l’existence d’ouvrants, au moins, dans chaque pièce principale.
Réaliser une étude de dimensionnement des installations de ventilation, comportant notamment un schéma des colonnes.
S’assurer du respect du principe d’aération générale et permanente à la conception. Dans les pièces écrites du marché, une description des systèmes de ventilation, notamment en termes de types et de nombre d’équipements à mettre en œuvre, permet de répondre en partie à cet objectif. La composition des installations varie selon la typologie des logements.
Vérifier, à la commande et à la livraison des matériels et équipements de ventilation, que ceux-ci répondent en tout point à la configuration du projet (nombre et type de logements).
Prévoir des plans de ventilation disponibles en phase chantier.
Dans le cas de systèmes VMC simple flux hygroréglables, vérifier le respect des prescriptions des avis techniques (configuration des installations selon le type de VMC simple flux et la typologie des logements).
Effectuer une vérification des installations de ventilation mécanique (débit, pression, équipement, etc.) en fin de chantier.
Pour les fenêtres de toit en pièce principale, l’entrée d’air ne doit pas être obturable.
Rappeler aux occupants :

– la nécessité d’entretenir les bouches de VMC du logement ;
– la nécessité d’aérer par l’ouverture des fenêtres et en cas de pollution ponctuelle (travaux, cuisson…).

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

L’essentiel

• Réaliser une étude de dimensionnement.
• Prévoir un balayage du logement par un flux d’air (des entrées en pièces principales vers les extractions en pièces de service).
• Vérifier que l’installation de la ventilation est compatible avec un aménagement normal du logement.

ENCADRE

Quand être vigilant ?

Du début de la conception à la fin de la réalisation, des étapes de vérification sont nécessaires pour atteindre la qualité réglementaire :

ENCADRE

D’après les fiches « La qualité réglementaire dans les bâtiments d’habitation neufs. »

Reproduction interdite sans autorisation des éditeurs. © 2013 AQC/Ministères en charge du logement et de la construction. Toutes les fiches « Qualité réglementaire dans les bâtiments d’habitation neufs » sont consultables sur www.qualiteconstruction.com

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X