Architecture Technique

VMC double flux autoréglable et hygroréglable

Mots clés : Ventilation

Principes et objectifs

L’objectif de réduction des consommations énergétiques a conduit notamment à l’amélioration de la qualité de l’enveloppe des bâtiments. Un bon traitement de l’étanchéité à l’air, l’emploi de matériaux performants, dont les isolants et les menuiseries, contribuent à la diminution des déperditions thermiques.
Une attention particulière doit être apportée à l’aération des logements, notamment en termes de qualité de réalisation des installations. Cette action permet de garantir une qualité de l’air intérieur satisfaisante pour les occupants.
L’absence ou l’insuffisance d’aération dans les logements peut contribuer à une dégradation du bâti (présence de condensation, développement de moisissures et de salissures…) et entraîner un inconfort auprès des occupants.
Le bon fonctionnement des appareils de chauffage peut être également impacté (exemple : arrêt de la chaudière gaz).
Chaque pièce principale (chambre, séjour) doit être munie, au minimum, d’une entrée d’air. Les pièces de service (cuisine, salle de bains, WC, salle d’eau) ne doivent pas comporter d’entrée d’air, sauf dispositions particulières (cuisine ouverte sur le séjour).
Chaque pièce de service doit être équipée d’une bouche d’extraction. L’air doit pouvoir circuler librement d’une pièce à l’autre afin que le flux balaie le logement (passages de transit : grilles de transit, blocs portes avec passages d’air périphériques, détalonnage des portes).
Diagnostics

Entrées et sorties d’air à l’intérieur des logements

Bouches d’insufflation obturables, mal réglées ou en nombre insuffisant.
Débits en insufflation non maîtrisés (exemple : des filtres encrassés car inaccessibles, réseau coudé ou écrasé…)
(photo 1).
Inversion de bouches d’extraction entre locaux, configuration des installations non respectée (prescriptions des Avis techniques non respectées, principe d’aération générale et permanente non pris en compte).

En conséquence, le renouvellement d’air peut ne pas être assuré de façon efficace et conduire à une dégradation du bâti, à un inconfort des occupants, voire à une dégradation de la qualité de l’air intérieur.

Configuration du réseau

Dysfonctionnements du réseau de gaines :

grandes longueurs de gaines ;
coudes trop prononcés ou en nombre important (photo 2) ;
écrasement de gaines ;
alignement non satisfaisant du réseau de gaines et des groupes de ventilation (photo 3).

Ces malfaçons peuvent engendrer des pertes de charge non compensées par le groupe ventilateur. L’efficacité du système sera donc réduite.
Le flux d’air risque également d’être perturbé et constituer une source de bruit.

Distance entre le rejet vers l’extérieur et l’amenée d’air frais non respectée.

L’air vicié risque d’être réintroduit dans le réseau et insufflé dans les logements. Notamment en cas de :

mauvaise implantation de l’entrée d’air neuf vis-à-vis de la sortie d’air vicié (méconnaissance des obligations), engendrant un balayage défectueux ;
mauvaise appréciation au moment de la conception.

Equipements

Bruits d’équipements :

emplacement des équipements non réfléchi à la conception (exemple : installation du caisson de motorisation double flux dans une chambre) ;
équipements non suspendus et/ou mal fixés (exemple : caisson de motorisation double flux non fixé et posé sur un matériau résilient reposant lui-même sur deux fermettes).

Le bruit engendré par les éléments motorisés du système de ventilation peut se propager par la structure du bâtiment (charpente, maçonnerie) et créer un inconfort acoustique pour les occupants.

Réglages d’équipements non effectués :

méconnaissance des équipements ;
non-utilisation des notices d’installation constructeur (exemple : modification du positionnement de commutateurs au dos du dispositif de commande, pour obtention des débits souhaités, non effectuée) (schéma 4) ;non-réalisation du câblage permettant le passage haut débit de pointe en cuisine.

L’installation doit être configurée et réglée au cas par cas en fonction du projet réalisé. Si ce n’est pas fait, les débits réglementaires ne pourront être atteints.

Les bonnes pratiques
Pour garantir l’efficacité du système dans le temps, sans créer de dégradations de l’installation ou du bâti, ni d’inconfort pour les occupants, il convient de :

s’assurer du respect du principe d’aération générale et permanente au stade de l’élaboration du dossier de consultation des entreprises (au stade de la conception) ;
prêter attention à l’implantation du groupe ventilation vis-à-vis des nuisances acoustiques possibles (photo 5) ;
vérifier, au stade de la conception, l’implantation future des équipements (accès facilité pour la maintenance, bruits d’équipements et vibrations à l’intérieur du logement évités) ;
prêter une attention particulière aux bouches d’insufflation d’air, en particulier dans les chambres ;
disposer des plans de ventilation en phase chantier ;
respecter, dans le cas de systèmes VMC double flux hygroréglables, les prescriptions des Avis techniques (configuration des installations selon le type de VMC et la typologie des logements) ;
prendre connaissance des équipements et se procurer les notices d’installation des fabricants sur chantier (configuration des équipements) ;
raccorder l’évacuation des eaux de condensats au réseau des eaux usées (en cas de non-raccordement à l’évacuation des eaux usées de l’installation sanitaire, les condensats goutteront sous le groupe VMC et provoqueront des dégradations sur le bâti. Les premiers signes pouvant apparaître plusieurs semaines après la mise en route du système, les dégâts risquent d’être très importants et les réparations coûteuses) ;
suivre une procédure de vérification à la réception de l’ouvrage.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

L'essentiel

Veiller à l’implantation du groupe VMC (acoustique des bouches d’insufflation et d’extraction et balayage de l’air).
Limiter les coudes et défauts divers lors de l’installation des gaines.

ENCADRE

Quand être vigilant ?

Du début de la conception à la fin de la réalisation, des étapes de vérification sont nécessaires pour atteindre la qualité réglementaire :

ENCADRE

D’après les fiches « La qualité réglementaire dans les bâtiments d’habitation neufs ». Reproduction interdite sans autorisation des éditeurs. © 2013 AQC/Ministères en charge dulogement et de la construction. Toutes les fiches « Qualité réglementaire dans les bâtimentsd’habitation neufs » sont consultables sur www.qualiteconstruction.com

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X