Régions ESSONNE

Viry-Châtillon et Grigny à l’heure de la géothermie

Mots clés : Energie renouvelable

Nouvellement créée, la Société d’exploitation des énergies renouvelables Grigny Viry-Châtillon (Seer) est détenue à 51 % par le Syndicat intercommunal de la périphérie de Paris pour les énergies et les réseaux de communication (Sipperec) et par les deux villes concernées (respectivement à hauteur de 34 % et 15 %). Cette société publique locale est chargée de la réalisation et de la gestion d’un réseau de chaleur alimenté par géothermie profonde auquel seront raccordés environ 12 000 logements, des entreprises et des bâtiments communaux. La production attendue est de 165 GWh par an, avec un taux d’énergies renouvelables compris entre 63 et 75 %. La mise en service est prévue à l’hiver 2016. 

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X