Architecture Technique Concours d’innovation

Vinci récompense ses « pépites »

Mots clés : Entreprise du BTP - Innovations

Les Prix de l’innovation Vinci ont distingué cette année 14 projets sur 2 212 en compétition. En voici un florilège.

Tous les deux ans depuis 2001, le groupe Vinci invite tous ses collaborateurs (185 000 en 2015), partout dans le monde, à présenter leurs innovations afin de les valoriser et d’en faciliter la diffusion. Pour cette édition, plus de 5 600 salariés issus de l’ensemble des métiers du groupe ont concouru en défendant 2 212 projets. Un chiffre en croissance continue, si on le compare aux 1 200 salariés ayant participé en 2001. Ce concours se déroule en deux temps : en région, puis à l’échelle du groupe. Treize jurys régionaux ont d’abord récompensé 137 dossiers entre juin et novembre 2015. Les 50 meilleurs ont été sélectionnés par les régions pour participer au jury final. Celui-ci, présidé par Xavier Huillard, P-DG du groupe, et constitué de neuf membres du comité exécutif et de quatre personnalités extérieures, a reçu chaque équipe candidate pour un « grand oral ». Les quatorze lauréats ont reçu leur prix lors d’une cérémonie organisée le 10 décembre à la Mutualité, à Paris.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Prix matériels et outils Un antivol pour les câbles des mâts de candélabres

L’augmentation du prix du cuivre encourage le développement des vols de câbles électriques. Les candélabres d’éclairage public sont particulièrement touchés, car les câbles peuvent être sectionnés puis retirés au niveau des trappes d’accès des mâts. Citeos Lesquin (Vinci Energies) a mis au point un boîtier métallique qui empêche mécaniquement la découpe des câbles. Le cadenas qui le verrouille est hors de portée d’un coupe-boulons. Le jury a apprécié : l’ingéniosité du système de protection et son faible coût comparé au préjudice très important entraîné par le vol de câbles pour les collectivités.

ENCADRE

Prix spécial du jury Les « chaussettes » de fondations

Pour le projet de réservoirs GNL de Yamal (Sibérie), en zone sismique, Vinci Construction Grands Projets et Eurovia ont couvert les pieux de fondations de « chaussettes » constituées de deux tubes concentriques dont l’espace annulaire est rempli d’un produit bitumineux. Leur souplesse a réduit l’effort horizontal appliqué aux pieux. Le jury a apprécié : l’apport du procédé à la construction d’ouvrages sensibles en zone sismique.

ENCADRE

PRIX Procédés et techniques Le Starsol T-Pile

Soletanche Bachy améliore son procédé de pieux Starsol. Lors de la remontée de la tarière, un système d’ergot amovible rainure le pieu, formant un pas de vis qui augmente la portance et permet ainsi de réduire la quantité de béton utilisée de 30 % en moyenne. Le jury a apprécié : la capacité de l’entreprise à amener de la compétitivité dans une activité banalisée et très concurrentielle, et à défendre son leadership.

ENCADRE

GRAND PRIX La solution de biorenforcement de sol Biocalcis

C’est une véritable innovation de rupture dans le domaine de la géotechnique (voir aussi p. 37). Le procédé « naturel » Biocalcis, proposé par Soletanche Bachy (Vinci Construction), consiste à exploiter la capacité de la bactérie Sporosarcina pasteurii à calcifier les terrains en place. La calcite (assimilable à un « grès calcaire ») ainsi obtenue agit comme un « ciment biologique » au sein du matériau dans lequel elle se dépose. Le procédé est applicable par injection à une large gamme de terrains, de perméabilité et de nature diverses, tout en étant peu intrusif. Il permet également de renforcer des sols fins sous des ouvrages en service sans modifier les propriétés hydrauliques initiales du sol. Le jury a apprécié : la solution d’excellence que Soletanche Bachy a apportée sur un chantier niçois par une technique inspirée du biomimétisme. Et, plus largement, le tournant majeur que préfigure l’utilisation de cette technologie pour la construction.

ENCADRE

Prix Innovation de rupture Le chariot de libération autonome et multifonction (Clam)

Après avoir été posés, les longs rails soudés, utilisés par la SNCF depuis les années 1970, doivent être réglés afin de ne pas se déformer sous l’effet des variations thermiques. Grâce au Clam, une machine tout-en-un, l’entreprise ferroviaire ETF (Eurovia) arrive à doubler le rendement de ses chantiers de réglage de rails. Le jury a apprécié : l’impulsion donnée à la modernisation des outils et méthodes dans le secteur ferroviaire.

ENCADRE

Prix spécial du jury La 3D pour un chef-d’œuvre paléolithique

Sur le chantier de la réplique de la grotte Chauvet, la complexité des formes à réaliser par mortier projeté sur armature grillagée a amené Campenon Bernard Régions à concevoir et exécuter l’ensemble du projet en 3D. Le jury a apprécié : la démonstration de l’utilité des technologies 3D, qui optimiseront bientôt certaines tâches sur des chantiers courants.

ENCADRE

Prix management Quand les riverains notent les chantiers

Ringway Island Roads (Eurovia) a formé une équipe d’« évaluateurs non spécialisés », constituée de riverains d’un chantier de PPP en Angleterre. Lors de visites impromptues, ceux-ci portent une appréciation sur la sécurité, l’accessibilité, la qualité et la protection de l’environnement du chantier. Le jury a apprécié : le dialogue institué entre les équipes de travaux et les riverains en phase chantier.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X