Territoires Avignon

Vinci Construction lance ses logements à coûts réduits

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Entreprise du BTP

Après Le Petit-Quevilly (Seine-Maritime) et Laneuveville-devant-Nancy (Meurthe-et-Moselle), Vinci Construction France vient de lancer à Avignon, sur le site d’Agroparc, sa nouvelle offre Primméa : des logements en accession, commercialisés 30 % en dessous du prix moyen du mètre carré observé dans la zone d’implantation du projet. Primméa est la réponse du groupe Vinci à la cherté de l’immobilier, laquelle exclut du marché de nombreux acquéreurs, notamment les primoaccédants. La démarche est globale et porte sur toute la chaîne de fabrication : conception des projets (trame des logements répétitive, facilement reproductible quel que soit le site), mise en œuvre des outils numériques comme le BIM, optimisation des achats auprès des fournisseurs, organisation du chantier, commercialisation et financement adaptés aux acquéreurs… Vinci Construction France fait appel à plusieurs partenaires : Dassault Systèmes, Constructa, Crédit foncier et s’appuie sur ses filiales immobilières et entreprises de BTP.

L’objectif de Vinci Construction France est d’atteindre, sur l’ensemble du territoire, 900 logements en 2015, puis 1 200 logements en 2016, au travers, essentiellement, de petites opérations (environ 50 logements) dont les prestations (confort, économies d’énergie, etc.) restent identiques à celles de logements classiques, voire offrent des surfaces habitables un peu plus importantes que les standards du marché !

Des logements à 2 400 euros TTC/m2.

A Avignon, l’opération Primméa porte sur deux bâtiments de 32 et 36 logements, du 2 au 4 pièces, aux façades habillées de bois. La maîtrise d’ouvrage du projet a été confiée à Adim Languedoc-Roussillon, l’entreprise Girard (entreprise générale) est chargée des travaux. Le premier bâtiment est commercialisé auprès d’acquéreurs, le second a été vendu en vente en état futur d’achèvement (Vefa) au bailleur Grand Delta Habitat.

Primméa fait partie, ici, d’un programme plus large, de 168 logements, réalisé sur 2 hectares d’Agroparc. Les 120 autres logements, hors Primméa, sont des logements traditionnels, également réalisés par Adim Languedoc-Roussillon pour le bailleur Grand Delta Habitat. « Nous sommes dans le cadre d’un projet pilote, qui doit nous permettre de roder la démarche et d’acquérir un savoir-faire, précise Olivier Ferrandis, directeur d’Adim Languedoc-Roussillon. L’objectif est déjà d’atteindre un délai de construction de dix mois, pour passer ensuite à huit mois. Nous atteignons un prix de vente de 2 400 euros TTC/m², stationnement compris, sur un foncier que nous avons acquis directement. »
D’autres opérations sont à l’étude, à Montpellier, mais aussi sur la Côte d’Azur, où la contrainte foncière est très forte et pèse lourdement sur le prix de sortie des logements. « L’objectif, dans nos prochaines opérations, est également d’associer plus étroitement les collectivités au montage des projets et à l’accès au foncier, afin d’actionner un levier supplémentaire pour pouvoir encore réduire les prix », ajoute Olivier Ferrandis.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X