Territoires

Villeurbanne La Ville garde le cap sur l’investissement

La baisse des dotations de l’Etat – qui passeront de 35 millions d’euros à 32,8 millions cette année et diminueront de 47 millions environ sur la période 2014-2019 par rapport au mandat précédent – n’aura pas d’incidence sur le budget d’investissement de Villeurbanne en 2016 ni dans les prochaines années.

Priorité à l’éducation.

« Notre démographie progresse de 1,4 % par an depuis dix ans, observe Jean-Paul Bret, maire de cette ville de près de 150 000 habitants. Cette augmentation entraîne des besoins dans les secteurs de la petite enfance ou de l’éducation. Aussi, notre capacité d’investissement sera de 200 millions jusqu’en 2019, comme dans le précédent mandat. » Et c’est dans ce domaine de l’éducation que l’accent sera mis. « Nous consacrerons un tiers du budget d’investissement du mandat aux écoles – soit 75 millions d’euros -, contre 52 millions dans le précédent mandat », précise l’édile.

Des travaux de rénovation et d’agrandissement sont déjà en cours ou programmés sur des groupes scolaires existants, et la Ville projette la construction de trois nouvelles écoles : la première, sur la ZAC Gratte-Ciel, doit ouvrir à la rentrée 2019 ; la deuxième, au Carré de soie, un an plus tard ; la dernière, basée en centre-ville sur un foncier acquis par la Ville, est en phase d’études. Pour maintenir ses investissements à un niveau élevé, la Ville à fait le choix de réduire et de rationaliser ses dépenses, notamment avec la création de groupements d’achats avec d’autres communes, le regroupement de certains services administratifs ou le changement de périodicité d’événements culturels. Le tout sans augmenter la fiscalité ni creuser l’endettement… pour cette année au moins.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X