Enjeux

Vigier change de tête

Mots clés : Acier - Travaux publics

Né en 1947 en Dordogne, le groupe spécialisé dans le génie civil de l’eau a développé de nouvelles compétences dans la construction métallique.

Quand il entre en 1984 dans la société familiale créée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale à Thiviers (Dordogne), Jean Vigier, fraîchement sorti de l’ESTP Paris, comprend qu’il devra faire ses preuves. Dès 1986, il quitte l’entreprise de travaux publics dirigée par son père et monte Vigier Immobilier industriel. Alors que Vigier SA s’est fait un nom dans le génie civil de l’eau, sa nouvelle entité se spécialise dans le bâtiment industriel clés en main, avec le procédé Astron. C’est le début de la diversification.

En 2007, Vigier Immobilier industriel est cédé à un groupe immobilier. Lors de cette opération, deux cadres entrent au capital du groupe. Sébastien Frouin, P-DG de la filiale Constructions métalliques Vigier, prend la direction du pôle bâtiment d’entreprise. Grégory Saerens, directeur associé du Groupe Vigier Entreprises, est pour sa part chargé du pôle génie civil de l’eau. Entre-temps, la société historique devient Vigier Génie civil environnement (VGE) et s’intègre dans une société holding comptant 12 sociétés. L’ensemble représente 180 salariés, dont 40 ingénieurs, cadres et chargés d’affaires, pour un chiffre d’affaires de 38 millions d’euros. En font partie SMBA, spécialisée dans le génie civil de l’eau à Rochefort (Charente-Maritime), Constructions métalliques Vigier, entreprise de charpente métallique à Gardonne (Dordogne), ou encore le bureau d’études Eau et structures à Thiviers.
Le groupe a même eu une activité de gros œuvre, qu’il a cédée « à cause de carnets de commande trop faibles et de prix anormalement bas » et pour rester concentré sur les métiers de base. « A chaque fois que les métiers évoluaient, nous avons ajouté de nouvelles compétences, en nous adaptant au marché. Cela découle aussi du choix de maîtriser en interne les compétences et les processus plutôt que de sous-traiter », explique Jean Vigier.

Diversification et innovation.

Dans le génie civil, le groupe développe une activité de réparation, renforcement, rénovation et réhabilitation d’anciens ouvrages en béton et de châteaux d’eau à travers deux sociétés : Vigier Techni Composite, créée en 2010, et DTS, rachetée en 2012. Vigier possède également une usine de préfabrication de béton conçue comme un outil supplémentaire au service des autres sociétés du groupe. C’est dans cette même logique qu’a été créé Novamiante, une société de désamiantage de bâtiments industriels. Par ailleurs, le groupe s’est positionné dans les méthaniseurs avec une offre de bâtiments métalliques clés en main. Fort de son savoir-faire en génie civil développé dans le quart sud-ouest de la France, Vigier a créé une filiale, Adeos, pour accompagner les collectivités dans le portage d’opérations. Enfin, le groupe a mis au point Vasio, un procédé de préfabrication en béton armé de stations d’eau potable, de méthanisation ou de stockage.

En 2016, Vigier connaît une évolution marquante. A 55 ans, Jean Vigier a choisi de transmettre son groupe. Il vient d’en finaliser les modalités. Sébastien Frouin et Grégory Saerens sont désormais coprésidents. Jean Vigier devient pour sa part directeur général.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X