Territoires

Vienne Robuchon met au menu la reconversion de la Maison-Dieu

Joël Robuchon a plus d’un projet dans sa besace. Autour de son nom, le chef le plus étoilé au monde a créé des dizaines d’établissements. Sa dernière implantation date de la fin 2014. Il s’agit de La Grande Maison de Bernard Magrez (un restaurant intégré à un hôtel cinq étoiles), qu’il a créée à Bordeaux en association avec le magnat du vin Bernard Magrez. D’autres projets ont suivi, dont le plus marquant est sans doute le retour du Poitevin à sa région d’origine.

C’est à Montmorillon (Vienne) qu’il compte installer une institution à rayonnement international dédiée à l’excellence culinaire. L’Institut international Joël Robuchon comprendra une école de gastronomie, un restaurant d’application et un hôtel. Ce nouvel établissement sera implanté dans la Maison-Dieu, un ancien séminaire devenu maison de retraite et aujourd’hui désaffecté. L’aménagement immobilier de ce site en partie classé a été confié à son complice de longue date, l’architecte parisien Pierre-Yves Rochon, qui aura pour mission de respecter au mieux ce site fondé au XIe siècle par un seigneur local.
Investisseurs chinois. L’architecte travaille le bâtiment sur la transparence et met en valeur le point de vue sur la vallée. C’est à lui que l’on doit la décoration du Sofitel de Chicago, du Shangri-La Hotel et de l’hôtel George V à Paris, des hôtels Four Seasons de Florence, Londres et Genève, ou encore du Peninsula Shanghai en Chine. Gros chantier à venir, puisque sur ce domaine de cinq hectares, il faudra rénover les 7 000 m2 déjà existants afin de les transformer en amphithéâtre et en école de gastronomie qui dispensera des formations diplômantes (cuisine, pâtisserie, boulangerie, sommellerie), le restaurant et l’hôtel. Parallèlement, quelque 3 000 m2 de laboratoires de cuisine seront construits, vraisemblablement en sous-sol. A terme, l’objectif est d’accueillir plus d’un millier d’étudiants chaque année. Un investissement de quelque 65 millions d’euros HT, financé par des investisseurs chinois emmenés par l’homme d’affaires Wu Zhong. Le calendrier est aussi ambitieux que les travaux, puisqu’il prévoit une ouverture du site début 2018. Un nouveau point de passage obligé pour l’élite gastronomique mondiale.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X