Technique et chantier

Vers des machines sans conducteur ?

Mots clés : Matériel - Equipement de chantier

Tendance. L’automatisation avance à grands pas dans les engins de chantier, qui deviennent de plus en plus simples à piloter. Jusqu’à pouvoir se passer de conducteur ?

« À l’avenir, il y aura deux personnes pour quatre machines. L’une d’elles sera un conducteur hors pair, un véritable artiste, qui s’occupera des travaux nécessitant du doigté. L’autre sera tout aussi qualifié : il programmera et guidera trois machines robotisées. » Matthieu Derrey, entrepreneur de travaux publics en Normandie, voit ainsi évoluer son métier. À l’heure où les tondeuses à gazon et les aspirateurs domestiques travaillent tout seuls, il n’est pas absurde d’imaginer un bouteur ou un compacteur avancer sans personne en cabine. Aussi, le 2 février dernier, quand Kjeld Jespersen, responsable des solutions techniques chez Caterpillar, monte sur la scène d’un amphithéâtre pour donner une conférence intitulée « Sur la route vers l’autonomie », les 150 journalistes présents dans la salle se pourlèchent les babines. Déception ! Les seules machines entièrement robotisées que Caterpillar commercialise sont des tombereaux miniers. Rien encore pour la construction. « Il n’y a pas vraiment d’obstacle technologique, mais il est encore trop tôt », s’excuse-t-il presque à l’issue de son intervention. Caterpillar et Komatsu  les deux marques les plus à la pointe dans ce domaine  avancent par petites touches, en automatisant des séquences de mouvements, ce qui simplifie la conduite. Poussée à l’extrême, cette automatisation ne laissera bientôt au chauffeur que le soin d’avancer et de freiner. Va-t-on pour autant le supprimer ? Les travaux publics restent l’un des derniers secteurs de l’économie à pourvoir en emplois peu qualifiés. C’est même une de leurs missions, souvent imposées par les pouvoirs publics dans leurs appels d’offres, et une de leur fierté, à en croire les discours de leur fédération nationale. Cette dimension sociétale est actuellement un frein à l’automatisation complète des machines. Pour combien de temps encore ?

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Une plaque vibrante robotisée

Ammann présente l’un des tout premiers engins mobiles robotisés. Encore à l’état de prototype, cette plaque vibrante est suivie par GPS. L’opérateur, au préalable, lui fait faire le tour de la zone à compacter en y enregistrant des points de repère. Par la suite, la plaque circulera toute seule à l’intérieur du périmètre ainsi défini. La sécurité est assurée par descapteurs de présence. La robotisation des plaques vibrantes a comme avantage de résoudre totalement les problèmes de santé que ces machines provoquent en transmettant leurs vibrations aux mains et aux bras du compagnon. Stand : FS 909

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X