Autres

Velux lorgne le tertiaire

Mots clés : Fenêtre

Acteur majeur sur le résidentiel, l’industriel de la fenêtre de toit veut conquérir les bâtiments commerciaux et publics.

Ce sont les architectes qui ont soufflé l’idée à Velux : « Ils nous ont alertés sur le fait qu’il y avait un vrai marché pour la fenêtre de toit dans le tertiaire mais que nos produits n’y répondaient pas toujours », raconte Michel Langrand, président de Velux France (chiffre d’affaires non communiqué). Alors, avant de céder sa place à la tête de la filiale française de l’industriel danois dans quelques jours, il a fixé ce challenge à ses équipes : conquérir ce nouveau marché, qui à l’en croire deviendra dans quelques années équivalent à celui du résidentiel. « C’est une possibilité de croissance supplémentaire pour nous, mais aussi pour nos partenaires », prédit le dirigeant, qui vise le « petit » tertiaire (groupes scolaires, commerces…).

Confort de vie.

La prise de conscience grandissante, par les pouvoirs publics et les consommateurs, des problématiques de qualité de l’air intérieur a conforté Velux France dans sa voie. En collaboration avec l’agence Foster + Partners, l’entreprise a développé une verrière modulaire préfabriquée, à simple ou double pan, pour l’éclairage zénithal dans les bâtiments publics. « Le défi est de transposer tout ce que nous savons faire dans le résidentiel, dans le marché tertiaire », résume Michel Langrand. Un marché dont le volume d’affaires potentiel avoisinerait le milliard d’euros dans le monde. « Nous recherchons ce qui peut accroître la taille du marché. Dans le résidentiel comme le tertiaire, ce sont des produits plus intelligents ou plus économiques. Nous décidons de couvrir l’ensemble pour sécuriser la taille du marché et générer de la croissance. »

Détenu à 100 % par une fondation d’utilité publique, le groupe Velux est contraint de réinvestir l’ensemble de ses bénéfices dans le développement de l’entreprise. « Cela nous pousse à conserver notre leadership par l’innovation et à aller beaucoup plus loin que la simple application du produit », assure l’industriel. A la vente simple de la fenêtre de toit au début des années 1960 se sont vite ajoutés les produits d’accompagnement (stores d’occultation, volets roulants…). Aujourd’hui, Velux France anticipe les réglementations thermiques futures, la RT 2020 en ligne de mire. « Nous prenons ces contraintes comme des opportunités. Des réglementations thermiques élaborées pour faire des économies d’énergie, on passe à la prise en compte du confort de vie de l’habitant : c’est un changement de paradigme pour toute la profession », analyse Michel Langrand.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X