Régions

Vaulx-en-Velin/Villeurbanne Un Carré de Soie bien tissé

Mots clés : Rénovation urbaine - Urbanisme commercial

«Il y a quelques années, il n’était pas évident de s’installer à Vaulx-en-Velin », concède Alain Taravella, président d’Altarea, qui vient d’ouvrir le pôle commerce et loisirs du Carré de Soie après un investissement de 130 millions d’euros à parité avec Foncière Euris. Ce pôle a été lancé en 2002, dans « un partenariat public-privé exemplaire » avec les collectivités, selon Maurice Charrier, maire de Vaulx-en-Velin. Il associe 64 000 m2 de commerces, des équipements de loisirs autour d’un cinéma multiplexe de 15 salles et 70 000 m2 d’équipements de loisirs de plein air, intégrés à l’hippodrome de Villeurbanne/Vaulx-en-Velin totalement rénové.

« Avec le Carré de Soie se constitue un des nouveaux pôles urbains d’une agglomération lyonnaise multipolaire et rééquilibrée », explique Gérard Collomb, président du Grand Lyon. Sur une architecture contemporaine de FaulknerBrown Arte Charpentier et un projet urbain global de Bruno Dumetier, le pôle commerce et loisirs croise les exigences de l’environnement et de l’esthétique, de la qualité de l’urbanisme et de l’animation de la vie urbaine. Cinq éléments le structurent : un bâtiment principal (commerces, multiplexe et 2 200 places de parking), un ensemble d’îlots bâtis à double entrée (avenue de Bölhen et rue intérieure), les tribunes et l’espace central de l’hippodrome, et, enfin, les places et les rues.

D’autres opérations prévues

Deux autres opérations sont en cours : le pôle de coopération et de finance éthique (12 500 m2 de bureaux et commerces et 92 logements) et le pôle multimodal finalisé (parc relais, tram express Leslys). A suivre également, la mutation de deux nouveaux secteurs de 38 ha, dédiés aux logements, au tertiaire et aux commerces de proximité (orientation cet automne).

A l’horizon 2020, le Carré de Soie, « préfiguration de la ville du XXIe siècle » par sa mixité ville/nature, sa mixité des fonctions et sa mixité sociale, selon Gérard Collomb, réunira 370 000 m2 de bureaux et 430 000 m2 de logements. A son terme, l’opération consacrera la mutation de 500 ha de l’est lyonnais, dont 350 ha constructibles.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X