Territoires

Var Jean-Michel Wilmotte au chevet du Château Mentone

Mots clés : Architecte - Bâtiment d’habitation individuel

A la tête depuis 2003 du Domaine du Château Mentone (Saint-Antonin-du-Var), 170 ha dont 32 de vignoble et 4 000 m² de bâti, Marie-Pierre Caille réhabilite, développe et fait vivre ce lieu, en l’ouvrant à l’œnotourisme. Pour sauver, en plein de cœur de la propriété, une ferme agricole du XIe siècle (800 m²) et lui redonner un nouvel usage, elle n’a pas hésité à faire appel à Jean-Michel Wilmotte. « C’est en visitant le musée Terra Rossa de Salernes qu’il a réhabilité que j’ai eu l’idée d’envoyer un dossier à l’agence. Jean-Michel Wilmotte a accepté de venir sur place et en quelques minutes a imaginé une deuxième vie pour ces lieux », raconte Marie-Pierre Caille. Le chantier, un véritable investissement patrimonial (plus de 3,5 millions d’euros de travaux), s’est révélé long et complexe. « Pour sauver les murs extérieurs de la bâtisse en proie à d’importants désordres, il a fallu, après l’avoir entièrement désossée, bâtir une coque béton intérieure, des voiles de 15 à 35 cm d’épaisseur, solidaire des anciens murs » explique Henrik Sieben pfeiffer, directeur de projets chez Wilmotte & Associés. Le plancher a également été légèrement surélevé, pour limiter les interventions en sous-œuvre. A l’intérieur, la ferme s’est transformée en vaste lieu d’accueil : salle de réunion modulable, salle de restauration avec grill, espace de dégustation des vins, salle de cours d’œnologie complétés par des bureaux à l’étage et un espace d’exposition en mezzanine.

Major et artisans locaux sur le chantier.

Pour préserver l’identité historique et architecturale des lieux, l’intervention, contemporaine, s’est faite avec des matériaux simples : acier (bardage métallique des ouvertures et auvent), briques, bois. Le chantier, réalisé en corps d’état séparés par une vingtaine d’entreprises, a aussi réussi à faire travailler ensemble un major (GTM du groupe Vinci pour le gros œuvre) et des PME et des artisans locaux, retenus pour leur savoir-faire. Maçon à Lorgues, Jean-Philippe Bianco (JPB Construction, six salariés) a notamment été en charge de la reconstitution des modénatures en brique et de la pose de quelque 300 m² de parements intérieur de briques grises, spécialement venues du nord de l’Europe.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X