Territoires

Var Jean-Michel Wilmotte au chevet du Château Mentone

Mots clés : Architecte - Bâtiment d’habitation individuel

A la tête depuis 2003 du Domaine du Château Mentone (Saint-Antonin-du-Var), 170 ha dont 32 de vignoble et 4 000 m² de bâti, Marie-Pierre Caille réhabilite, développe et fait vivre ce lieu, en l’ouvrant à l’œnotourisme. Pour sauver, en plein de cœur de la propriété, une ferme agricole du XIe siècle (800 m²) et lui redonner un nouvel usage, elle n’a pas hésité à faire appel à Jean-Michel Wilmotte. « C’est en visitant le musée Terra Rossa de Salernes qu’il a réhabilité que j’ai eu l’idée d’envoyer un dossier à l’agence. Jean-Michel Wilmotte a accepté de venir sur place et en quelques minutes a imaginé une deuxième vie pour ces lieux », raconte Marie-Pierre Caille. Le chantier, un véritable investissement patrimonial (plus de 3,5 millions d’euros de travaux), s’est révélé long et complexe. « Pour sauver les murs extérieurs de la bâtisse en proie à d’importants désordres, il a fallu, après l’avoir entièrement désossée, bâtir une coque béton intérieure, des voiles de 15 à 35 cm d’épaisseur, solidaire des anciens murs » explique Henrik Sieben pfeiffer, directeur de projets chez Wilmotte & Associés. Le plancher a également été légèrement surélevé, pour limiter les interventions en sous-œuvre. A l’intérieur, la ferme s’est transformée en vaste lieu d’accueil : salle de réunion modulable, salle de restauration avec grill, espace de dégustation des vins, salle de cours d’œnologie complétés par des bureaux à l’étage et un espace d’exposition en mezzanine.

Major et artisans locaux sur le chantier.

Pour préserver l’identité historique et architecturale des lieux, l’intervention, contemporaine, s’est faite avec des matériaux simples : acier (bardage métallique des ouvertures et auvent), briques, bois. Le chantier, réalisé en corps d’état séparés par une vingtaine d’entreprises, a aussi réussi à faire travailler ensemble un major (GTM du groupe Vinci pour le gros œuvre) et des PME et des artisans locaux, retenus pour leur savoir-faire. Maçon à Lorgues, Jean-Philippe Bianco (JPB Construction, six salariés) a notamment été en charge de la reconstitution des modénatures en brique et de la pose de quelque 300 m² de parements intérieur de briques grises, spécialement venues du nord de l’Europe.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X