Edito Coup de chapeau

Valls et les 36 roublards

Mots clés : Gouvernement

Après les 12 salopards, les 36 roublards. Fin octobre, Manuel Valls a publié la liste des 36 maires qui ont choisi de ne pas construire de logements sociaux et font ainsi « un bras d’honneur à la République », selon l’expression de Thierry Repentin, délégué interministériel à la mixité sociale. Tout en pointant du doigt ces villes HLMophobes (1), le Premier ministre ordonne aux préfets d’étoffer le parc social en lieu et place des maires.
Quand l’Etat prend la relève des élus hors la loi, cela mérite un coup de chapeau. Mais pourquoi une valse à deux temps ? Le jour où il communique les noms des 36 rétifs, le Premier ministre annonce dans la foulée la publication prochaine d’une liste complémentaire. Drôle de timing. « Les 36 » sont-ils punis pour mettre la pression sur l’ensemble des récalcitrants ?
A la lecture du listing, il apparaît que la majorité des maires épinglés sont issus de départements méditerranéens. La sanction de Matignon est-elle une riposte au dernier coup de com’ des élus rebelles, notamment ceux des Bouches-du-Rhône ? En septembre, ils ont montré leur opposition au durcissement de la loi SRU en remettant symboliquement la clé de leur commune au préfet. Piqué au vif, le représentant de l’Etat en a conservé quelques-unes. S’en servira-t-il vraiment pour ouvrir la porte des communes à la mixité sociale ?

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ

(1) Retrouvez leur nom sur : www.lemoniteur.fr/listeSRU

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X